Nigata City vous ouvre ses portes.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Une rencontre explosive feat Hayabusa Hitsu (H)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Eden M. Hamilton
avatar
Nombre de messages : 16
Age : 33
Date d'inscription : 10/01/2018
Criminelle Validée
Sam 13 Jan 2018 - 18:28
Eden, Eden comment es-tu arrivée là ? Tu sembles vouloir fuir quelqu'un dans les ruelles de la ville, vu l'heure la ville est encore endormie et calme, le seul bruit que l'on peut entendre, c'est ceux de tes talons de botes qui tapent sur le sol, à cause de ta course. Pourquoi n'as-tu pas fait attention aux anti-vols qui se trouvaient par terre ? Te voilà dans de beaux draps maintenant, continuant ta course, tournant sur ta droite et puis sur ta gauche essayant d'échapper aux hommes qui te coursent, tu as gardé avec toi le fruit de ton vole.

Tu ne savais pas où te cacher, cherchant par tous les moyens de les semer, mais ils continuent à avancer vers toi, désespérer, tu déboulas en sortant d'une rue que tu avais prise, te voilà devant une route. Comme tu le pensais, il n'y avait pas de voiture, les lumières des lampadaires commençaient à s'éteindre et la ville émergeait doucement de son lit de sommeil.

Le temps qu'une personne passe dans ton coin, tu avais le temps de te prendre une balle, il valait mieux pour toi de partir et en vitesse. Tu n'avais pas fait attention à la villa que tu cambriolais dans la nuit, tu pensais avoir trouvé le jack-pot en ouvrant les tiroirs l'un après l'autre. Puis ces hommes te sont tombés dessus sans prévenir, ils n'étaient pas heureux de te voir ici, depuis tu cours sans prendre le temps de souffler.

- Merde…

Tu traverses la route pour recommencer ta course, allant sur ta gauche puis sur ta droite, le chemin t'emmène un peu plus loin débouchant non loin d'un grand bâtiment. Te voilà devant quelque chose de gros, tu t'avanças avec précaution en sentant ta respiration qui cherchait de l'air, les battements de ton cœur qui étaient rapides à cause de ton avancée qui était rapide.

Un bruit et te voilà qui décampe comme un lapin qui voulait fuir un renard, pas le choix, tu te décidas d'aller te cacher dans cette bâtisse, elle était ta seule issue, essayant de reprendre une nouvelle fois ta respiration en traversant ce qui était pour toi un immense parking, tu ne regardas pas le nom qu'il y avait plus haut, trop occupé à te sauver.

Tu crochetas la serrure facilement grâce à tes outils que tu avais toujours sur toi avant d'entrer et de fermer la porte rapidement, laissant un bruit assez sonore qui résonna dans le bâtiment en question. Tu n'attendis pas longtemps avant d'apercevoir les sinistres silhouettes qui te pourchassaient depuis plusieurs minutes, voyant ça tu sens tes jambes qui n'arrivaient plus à supporter ton poids, tu tombas sur le sol froid du carrelage, te cachant par la même occasion de tes assaillants.

Tu restas ainsi pendant un moment qui serais pour toi une éternité, n'osant pas regarder par la fenêtre si les hommes étaient encore là ou non, reprenant doucement ta respiration pour calmer ton cœur, avant de te rendre compte ton erreur. C'est quand tu sens l'odeur du chlore que tu comprends où tu avais mis les pieds, c'était une piscine.

Quand tu penses avoir la paix, tu entends les bruits de voix que tu reconnais sentant un frisson froid qui parcourut tout ton dos, ta peur avait pris le dessus et tu décidas d'aller dans les vestiaires des femmes. Voyant que tu n'étais pas toute seule, il y avait du monde pour l'heure qui était assez avancée, des jeunes de ton âge qui semblaient avoir hâte d'aller prendre une baignade aussitôt.

Tu te mélangeas, laissant tes oreilles traîner pour savoir ce qui se passait, une des filles parlait de la chance qu'elles avaient d'avoir la piscine soit ouverte aussitôt, tu n'avais pas le choix que de faire comme tout le monde, tu n'avais pas de maillot de bain sur toi, n'ayant pas prévu ce qu'il venait de se passer. Tu décidas d'en voler un discrètement dans la boutique qui se trouvait devant les vestiaires avant d'aller dans une cabine, tu te changeas, mettant tes affaires dans un casier, glissant un jeton que tu avais dans ta poche avant d'aller te mettre sous la douche, tu essayas te calmer fermant un peu tes yeux.

Tu voulais reprendre le contrôle, te disant que tu pourrais aller dans un coin sans que personne ne puisse remarquer ta présence avant de repartir aussi discrètement que tu étais venue. Tu sors des douches et tu te diriges vers le petit bassin, mais voilà étais-tu aussi discrète que tu le penses ? N'avait-il pas une personne qui t'avait remarqué pendant que tu volais le maillot de bain ? On saura les réponses dans la suite du rp.
Revenir en haut Aller en bas
Hayabusa Hitsu
avatar
Nombre de messages : 15
Age : 27
Date d'inscription : 18/12/2017
Citoyen Validé
Dim 14 Jan 2018 - 21:56
Hayabusa était partit depuis quelques temps de Nigata trop de bon ou de mauvais souvenir le fait qu'une partie de sa famille l'avais rejoint a un moment donné tel le meneur qu'il est l'avait marqué. Pendant deux ans il s'est échappé jusqu'à ce que sa famille finissent par le retrouver et le suivre de nouveau, ses bagages en poches il était revenu a Nigata la queue entre les jambes si on peut le dire. Bien entendu la femme qu'il avait connu était partie de Nigata sa rupture avec Yuna ne s'était sans nul doute pas passé bien et il en gardait encore peut être quelques traces mais que voulez vous c'est un homme pas une machine de sexe ...

Il s'est réveillé ce matin dans ce lieu qu'il avait connu quelques années auparavant on l'avais garder en état durant son absence, son poste de maitre nageur lui avait été restitué aussi pour ne pas dire conservé par le gérant sur simple payement car Hayabusa je vous le redis est pété de tunes grâce surtout a papa et maman qui envoie du fric régulièrement sur les comptes bancaires de leurs bambins bien que ce soit Hibiki et Hitomi qui ai le plus de leurs part priorité au étudiant donc et les autres sont pas mal lotis non plus.

Ce matin la dans son lit notre jeune homme pensa a son travail et prit sa douce dans cette grande maison vide seul Hibiki était resté dans la ville de Nigata, mais le jeune homme s'était installé ailleurs. Sa douche finit il sortit l'eau ruisselant le long de son corps et prit une serviette pour se sécher le corps d'athlète qu'il possède depuis tout petit ( oui elle vont super bien les chevilles) Une fois sec notre jeune homme prit son petit déjeuner il était a peu près 4 h car ce matin il devait s'occuper de ceux qui nage avant le boulot un nouveau concept de la piscine.

Le petit déj avalé notre bel apollon sortit de sa cuisine pour retourner dans sa chambre et non dormir il prit ses affaires de piscine et aussi s'habilla ne voulant pas sortir nu comme un ver sinon je ne vous raconte pas l'attaque a la pudeur ou bien le viol qu'il pourrait subir par toutes les filles avide de bien des choses défendu. Il arriva sur son lieu de travail posant alors ses affaires dans osn casier et se changea pour être en tenue de travail torse nu les pec bien saillant et les abdos en béton armé juste un petit boxer rouge pour cacher son énorme chose que toute fille pourrait lui donner une note de 10/10 ( mes chevilles vont toujours bien) et ensuite remonter vers les bassins.

Les premières jeunes femmes et hommes arrivèrent bien que la majorité soient des femmes, on ne sait pas la raison d'ailleurs, enfin elle sont la c'est le principal. Notre jeune homme surveilla alors le bassin les voyant nager, il remarque malgré lui une jeune femme en maillot de bain se dirigeant vers le petit bassin. Haya descendit alors de son perchoir pour aller a sa rencontre mais elle semblait ne pas l'avoir vu et il appela cette jeune femme qui faisait fausse route.

- Hé toi la bas en bikini bleue, c'est le petit bassin qui est en vidange, il sera opérationnel dans quelques heures, il faut que tu te dirige vers le grand bassin pour nager et ce dernier est plus pratique aussi...

Elle devait donc aller vers le grand bain car le petit il n'y avait que trois ou quatre centimètres d'eau le bassin étant en vidange pour un remplissage d'une nouvelle eau suite au pipi de plusieurs enfants la veille. Il continuait a avancer près d'elle s'attendant a ce qu'elle réagisse tout de même a ce qu'il venait de dire et voir ce qu'elle comptait faire après cela...

Haya est du genre a être perfectionniste en tout, il prit donc son talkie walkie et appela alors son autre collègue qui était rester un peu en retrait pour lui demander de surveiller les gens qui nagent tranquillement dans le grand bassin << Hé Akuma y a une fille au niveau du petit bassin qui rode en maillot de bain bleue, je m'en occupe, toi surveille les gens, je pense que cela ne devrais poser aucun problème, terminer >>

Laissant donc Akuma géré les clients de la piscine, il continuait d'avancer dans sa direction puisqu'aucun son ne sortait encore de la bouche de la jeune femme était- elle muette ? c'est une probabilité, elle ne semblait pas s'avancer non plus vers le beau maitre nageur, pas attiré par lui ? ça aucune chance. Haya arriva donc a la hauteur de la jeune femme attendant donc de découvrir si son mutisme était la ou si elle avait retrouver la parole comme par un miracle en tout cas une chose est sur on va vite le savoir...

Revenir en haut Aller en bas
Eden M. Hamilton
avatar
Nombre de messages : 16
Age : 33
Date d'inscription : 10/01/2018
Criminelle Validée
Lun 15 Jan 2018 - 14:23
Bon, tu avais échappé à tes assaillants, tu avais trouvé un refuge dans la piscine municipale dans un groupe de femmes et d’hommes qui étaient là pour profiter d’un moment tranquille. Tu continues d'avance avec ton bikini que tu avais volé quelques minutes plus tôt, pour le moment personne ne t'avait remarqué et c'était une bonne chose, puis au moment où tu t'attends le moins tu entends une voix d'un homme qui te parle, tu t'arrêtas sentant ton cœur s'arrêter entendant que c'était bien à toi qu'il parlait, tu étais la seule à avoir été directement vers le petit bassin sans vraiment faire attention s'il y avait de l'eau ou non.

Tu ne répondis pas tout de suite, enfaîte, tu étais figée sur place, ne sachant pas comment réagir, tu ne t'attendais pas à ce que l'homme se trouve aussi près de toi quand tu te retournes pour lui répondre, tu le vois qui est à côté de toi. Tu n'avais pas envie d'aller dans le grand bassin, c'était trop pour toi, tu ne pouvais pas y aller, tu n'avais pas pied et cela te fait paniquer, ce n'était pas ton délire de te retrouver dans cette situation.

- Je pensais que le petit bassin était ouvert et que l'on pouvait y aller.

Il pouvait entendre ton accent qui venait des Amériques qui lui indiquait que tu n'étais pas du coin, le détail du regard, sentant une chaleur qui monté à tes joues, tu n'avais jamais vu un homme dans cette tenue devant toi, c'était ta première fois. Tu évitais les mecs en générales quand tu vivais dans la rue, c'était capital pour ta sécurité. Maintenant tout ceci était fini, tu te sentais que le maillot de bain était trop petit au niveau de ta poitrine qui la fait ressortir, cela ne te gêna pas plus comparer à ce que tu pouvais mettre quand l'envie était là. Il pouvait un peu profiter du spectacle un peu comme toi laissant tes yeux qui vagabondent sur le torse ou même plus bas, « mouai plutôt beau », c'était ta pensée avant de revenir sur terre à cause d'une personne qui avait fait une bombe dans la piscine.

Tu soupiras, revenant à la réalité de ton problème, si tu étais dans cette situation c'était à cause de ton vole et des hommes qui te pourchassent pour reprendre le butin, il fallait que tu trouves un moyen pour t'en sortir toute seule, tu allais devoir trouver une bonne excuse à lui donner pour éviter qu'il ait des soupçons sur ta personne.

- Je vais y aller.

Tu ne voulais pas avouer ta peur, il avait dû comprendre que quelque chose n'allait pas vu ton hésitation à faire un plongeon, tu sentais ton corps tremblé, mais tu avanças dignement telle une reine qui devait affronter son destin. Tu t'approchas du bassin qui se trouvait un peu plus loin de toi, tout en maudissant ta peur qui t'avais fais paniqué et tu as dû prendre un maillot trop petit, tu n'étais pas à l'aise, mais il fallait jouer le jeu.

Une fois devant cette grande flaque d'eau, tu t'arrêtas la regardant, comme si elle t'avait hypnotisée, sentant l'attirance que tu avais pour elle, tu fermas les yeux pour te concentrer, mais au moment où tu avais pris ton courage a deux mains voilà qu'un imbécile avait eu la bonne idée de te pousser dans l'eau. Tu poussas un cri de peur avant de sentir l'eau te recouvrir, sentant la panique montée en toi, tu avais du mal à remonter cherchant l'air et le moyen de remonter pour aller te caler contre le mur, mais se serais peine perdue.

Tu avais beau te débattre, d'essayer en donnant des coups de pied ou avec tes bras, tu ne savais pas nagée et tu avais oublié de préciser au maître nageur. Plus tu essayais et pire, c'était, tu comprenais que tu étais en train de te noyer, sentant le fond t'emporter avec lui, voyant ton bandage se défaire qui tombait dans le fond de la piscine , il n'y avait plus aucun espoir, fermant tes yeux attendant la mort, sauf si un des maîtres nageurs avait envie de te sauver.
Revenir en haut Aller en bas
Hayabusa Hitsu
avatar
Nombre de messages : 15
Age : 27
Date d'inscription : 18/12/2017
Citoyen Validé
Lun 15 Jan 2018 - 16:35
Arrivé a sa hauteur le jeune homme s'était vite rendue compte que le maillot de bain de cette dernière pour ne pas dire Bikini trop petit est serré lui moulait des formes généreuse qui sortait quelques peu de ce dernier. Deux hypothèse s'offre a cela disons trois, la première soit elle n'as pas de gout vestimentaire ou ne connait pas sa taille de soutien gorge ce qui est préjudiciable, la seconde était qu'elle l'as tout simplement volé et qu'il n'est pas a elle ou alors la troisième, elle prends des fringues plus petit histoire d'aguicher les mecs et de leurs demander des faveurs a caractère érotique.

Elle répondit enfin la petite coquine, son accent trahissait ses origines ah une ricaine... Hayabusa écouta alors ce quelle lui dit pensant que le bassin était ouvert, elle ne connaissait pas les horaire pour le petit bassin donc ce n'est pas une habituée des lieux. Il répondit a cette dernière pour l'informer que

-Le petit bassin n'est jamais ouvert aussi tôt dans la matinée il est réservé au enfant venant faire leurs cours de natation et d'amusement a partir de 9h du matin et cela depuis l'ouverture de la piscine...

Bon la c'était grillé il faut le reconnaitre la jeune femme mentait mal surtout a un homme qui est employé ici et qui connait les règles mieux que quiconque. Haya ne lui parla pas de suite de son maillot de vain qui la moulait bien il faut reconnaitre qu'il apprécie la vue subjective entre ses seins et donc que l'envie d'y plonger plus que les yeux se fait sentir. Il ne paraissait pas trop excité au niveau de son membre mais le fait que cela fait au moins deux a trois ans qu'il n'as rien fait a caractère sexuel s'en fit ressentir tout de même on aurait dit un homme qui n'as rien mangé depuis des lustre dans un stand de hotdog. Toutefois il finit par entendre la jeune femme lui dire qu'elle allait aller au grand bain, il l'interpella un instant avant.

-Ton maillot de bain est peu approprié, je le trouve petit bien que ce qui s'y cache laisse rêveur je dois l'admettre...

Elle pu alors filer dans le grand bain et ensuite il reprit son poste laissant Akuma repartir a ses activités dont il ne connait rien après tout chacun sa merde comme on dit. Il regarda la jeune femme se faire pousser a l'eau après avoir longuement hésiter a sauter, elle coula comme une pierre * merde tu va voir le coup elle sait pas nager en plus d'elle belle comme un coeur* Aussitôt dit aussitôt vérifié puisqu'elle coula a pic au fond de la piscine de 3 mètres de profondeur minimum. Tel le sauveteur d'une série télé ou autre dans la vrai vie il sauta a l'eau voyant la jeune femme suffoquer quelques peu et la sauva laissant le bandage au fond de l'eau on s'e fout il sera récupéré le soir ou dans la journée par le personnel d'entretient des bassins.

La jeune femme fut sortit alors de l'eau de la piscine puis installé dans un premier temps sur le banc pour la respiration artificiel, Haya commença a insufflé de l'air a la jeune femme par bouche a bouche collant leurs lèvres ensemble et ensuite la sentit respiré au bout de quelques fois. Il avait un peu profiter e ce baiser involontaire tout de même il faut l'avouer. Le jeune homme la prit dans ses bras l'entrainant avec elle dans un local pour qu'elle soit a l'abris des regards de certains ou certaines jalouse ou pas de s'être fait réanimé de la sorte bref. Il la déposa sur un lit de camps pour qu'elle puisse retrouver ses esprits.

C'est alors a ce moment qu'il entendit des voix d'hommes entré dans la piscine et des cris de surprise ou de peur on ne sait pas vraiment, il regarda alors par un petit velux sans teint, c'est a dire que eux pouvait voir ce qui se passe mais que ceux de l'extérieur ne pouvait rien voir de ce qui se passait a l'intérieur de ce bunker. Haya flaira le mauvais pressentiment et ferma la porte a clés et a double tour baissant aussi la luminosité de la pièce. Il observa la jeune femme et ensuite viens près d'elle peut être allait elle une bonne explication a fournir pendant que des hommes fouillent la piscine dans les moindre recoin espérons qu'il ne trouve pas cette pièce qui n'est pas sur les plans et qui est difficile a trouver pour un oeil non avertit...
Revenir en haut Aller en bas
Eden M. Hamilton
avatar
Nombre de messages : 16
Age : 33
Date d'inscription : 10/01/2018
Criminelle Validée
Lun 15 Jan 2018 - 18:12
Tu coulais comme une pierre, tout te semblait si sombre, sentant l'eau t'emporter vers le fond, tu ne savais pas ce qui allait se passer à part que tu allais mourir, c'était peut-être une bonne chose, tu serais en paix loin de ce monde qui était bien pourri à ton goût. Tu te souviens des mots du maître nageur lui expliquant les horaires du petit bassin, elle s'était fait griller, mais avait préféré faire semblant de rien savoir, ressentant un peu ses joues redevenir rouges à la suite de ses paroles qu'il t'avait dits.

Tu ne savais pas comment prendre ses paroles, c'était à la fois gentil, mais gênant, tu avais que tes formes et ta beauté naturelle faisaient tourner les têtes, mais c'était la première fois que l'on te parle d'une façon aussi délicate, tu avais plus l'habitude d'avoir « Hé poupée, tu sais, tu as des formes à faire bander un mort, on va de baiser ? » Et par moments des réflexions qui étaient bien plus salasse. De là où tu es à ce moment, tu ne pouvais pas lui répondre, tu suffoquais à chaque seconde qui te fait penser à des minutes.

Et puis tu sens une force mystérieuse te pousser vers le haut, tu étais à moitié inconsciente, arrêtant de respirer pendant une ou deux minutes au moins assez pour que la force en question te donne un peu de souffle de vie, te ramenant du pays des morts, ce fut rapide comme aller-retour, tu n'avais eu le temps de faire une visite que te revoilà sur terre. Essayant de respirer, tu te mets à tousser pour recracher l'eau que tu avais dans tes poumons, cherchant l'air qui te manque.

Tu regardas qui avait réussi à te faire revenir, voyant que c'était l'homme qui t'avait interpellé, tu rougis faiblement pensant avoir senti autre chose que son souffle le soupçonnant d'avoir un peu profité de la situation, tu n'avais pas encore repris complètement tes esprits, car il te prend dans ses bras pour aller vous mettre tous les deux dans un local, à l'abri des regards. Tu sens le regard des autres personnes qui étaient autour de vous, l'homme qui t'avait poussé s'excusait, tu lui fais un petit sourire pour le rassurer avant de regarder ton sauveur.

- Merci de m'avoir sauvé… Mais ce n'était pas nécessaire de rajouter votre langue, vous savez.

Tu le regardas droit dans les yeux avant de détourner ton regard, repensant à l'accident et à l'autre homme qui voulait se faire pardonner. S'il te connaissait, il n'aurait pas eu de pitié et tu en étais sûr, maintenant te voilà dans les bras du maître nageur, il était aussi trempé que toi, arrivant donc dans le dit local, voyant qu'il te dépose sur un lit de camp pour que tu te reposes, tu aurais bien voulu, mais quelque chose te manque, mettant ta main sur ton bras gauche. Ton sang se glaça cherchant ton bandage des yeux, il n'y était plus.

- Où se trouve mon bandage ?

Tu semblais paniquer à l'idée que l'on voit l'état de ton bras, c'était une partie de toi que tu voulais cacher aux yeux du monde pour éviter les questions, tu n'attendis pas la réponse pour commencer à bouger, malheureusement tes assaillants avaient retrouvé ta piste pour une obscure raison les voilà dans la piscine qui te cherchait avant que tu aies le temps de réagir, tu vois ton compagnon mouillé fermer la porte à double tour et baisser la luminosité de la pièce.

Tu le suis du regard voyant qu'il s'approche de toi, il cherchait sûrement des explications pour savoir le fin mot de l'histoire, que pouvais-tu lui raconter, mentir ou dire la vérité ? Il t'avait quand même sauvé la vie malgré tout et il devait savoir ce que tu étais vraiment. Tu entends les bruits de surprise ou de panique, ainsi que quelques coups de feu pour faire taire les autres personnes et oui tu n'avais pas énervé n'importe qui ce jour-là et voici que des innocents allaient peut-être payer.

- Tu aurais dû me laisser pourrir au fond de la piscine… Ces mecs sont là pour moi.

Tu lui avoues sans avoir honte, oui, tu étais la cause de ce qu'il se passait à cette heure, ta faute si tu n'avais pas fait plus attention, ta faute si des personnes pouvaient se prendre une balle, entendant les mecs gueuler comme des putois. Tu réfléchis à la façon donc tu pouvais te sortir de ce mauvais pas, tu avais toujours compté sur toi-même, personne ne t'avait vraiment aidé et la vie dans la rue tu avais au moins apprise un truc soit tu crèves soit tu vis en écrasant les autres.

- Ils cherchent ce que j'ai volé à leur patron et ils ne font pas s'arrêter sans l'avoir trouvé.

Tu avais parlé à voix haute regardant cet homme qui ne semblait pas pour le moment réagir, tu allais sûrement te faire disputer, mais pour le moment, tu n'avais aucune envie d'avoir une leçon de vie, cachant depuis un petit moment ton bras sous tes longs cheveux noirs, tu fais fonctionner ton cerveau qui se montre récalcitrant te déclenchent un mal de crâne.
Revenir en haut Aller en bas
Hayabusa Hitsu
avatar
Nombre de messages : 15
Age : 27
Date d'inscription : 18/12/2017
Citoyen Validé
Lun 15 Jan 2018 - 19:06
Sauvant cette jeune femme Hayabusa lui fit du bouche a bouche ayant quelques peu profiter ne s'attendant pas a ce qu'elle sente sa langue jouer avec la sienne une fraction de seconde. Il la prit ensuite pour la porter dans une pièce un local tout équipé, il faut avouer qu'il y fait plus chaud, il y a un lit un coin cuisine équipé, une salle de bain avec plusieurs douche réservé aux maitres nageur. La ou se trouvent les deux jeunes gens il y a une baie vitré, les casiers des maitres nageurs et du personnel plus une salle de repos ou se trouvent une télévision etc. Autant dire qu'ils sont bien la ou ils sont, mais ce ne fut que de courte durée, la jeune femme lui avait parler du fameux baiser et il répondit une fois a l'intérieur du local a l'abris des regards

-Désolé ce n'était pas mon intention je vérifiais juste qu'il y avait un réflexe au niveau du cerveau si il était bien oxygéné... Et pour le sauvetage pas de quoi c'est mon métier.

Déposée sur le lit de camp la jeune femme récupérais un peu de sa noyade et la seule chose qu'elle finit de lui demandé c'est ou est passe son foutu bandage de caliss de marde ( ouai je jure en québécois et alors ? ) il a fait un séjour au Québec dans sa cavalcade pour échapper a sa famille. La jeune femme semblait déboussolé de ne pas l'avoir, bon il avait pu voir ce que cachais ce bandage ce n'était pas si horrible que cela...

- Il est au fond du bassin, a mon avis il faudra en mettre un autre bien que je trouve cela inutile

Ne disant rien de plus pour ne pas la froisser, mais si elle voulait le cacher il pouvait sans doute trouver une bande la ou ils se trouvent, mais voila que les choses ne se passent pas comme il faut et que des intrus pénètrent dans la piscine armé, tirant en l'air et réclamant quelqu'un sans nul doute. Les deux jeunes gens pouvaient les voir par la vitre teinte, mais personne ne pouvaient savoir qu'ils étaient ici tout les deux. Haya n'écoutant que son courage s'amusa a baisser la luminosité et ensuite bloqua la porte après l'avoir fermer a double tour. La jeune femme lui révéla alors que ces personnes étaient la pour son petit bout de femme un peu plus tard elle donna même l'explication de sa présence ici tout s'explique donc.

-Et ce maillot de bain tu l'as volé aussi d'ou la taille plutôt inadapté...

Haya réfléchit pendant que les assaillants prenne donc en otage la piscine, ils savaient sans doute que les vies des otages n'avaient que peu d'importance car personne ne parlera pour un inconnu n'est-ce pas ? Il fallait se débrouiller seul, la police ne devrait pas tarder a venir avec ce vacarme. Il fallait gagner du temps notre jeune homme alla alors dans la cuisine équipé et prit quelques ustensile les faisant chauffé, il prépara ensuite une petit mixture a la Macgyver pour qu'elle explose a la figure d'un des assaillant au cas ou ce dernier parviennent a ouvrir la porte si toutefois ils venait a la découvrir. Les ustensiles chauffé quand a eux se font poser sur la poignée de porte la rendant extrêmement chaude, du coup personne ne pourrait ouvrir théoriquement la porte.

-On reste la il ne devraient pas pouvoir ouvrir la porte ni entré avec ce que je viens de faire...

Ouai ça aide de regarder les série tv des années 80 n'empêche que la maintenant il pouvaient se détendre et notre jeune homme prit la parole devant la jeune femme et lui donna son nom si il devaient passer un peu de temps tout les deux et devenir plus intime autant connaitre le nom de l'autre.

-Je m'appelle Hayabusa Hitsu, je suis ravi de te rencontré mademoiselle a la jolie poitrine, tu devrais te déshabiller un peu cela risque de te couper la circulation du sang et j'ai vu d'autre poitrine je saurais me tenir ne t'en fait pas.

Grosso merdiquement fout toi a poil ca ira mieux, fait l'amour ton stress va passer, il sait peut être parfois y faire le jeune homme en tout cas ce qui est sur c'est va t elle l'écouter ou non, si elle l'écoute ce qui est sur c'est qu'elle se sentira beaucoup mieux et puis osef, c'est aussi excitant ce genre de situation cela fait monter une hormone chez les homme ou femme propice a ce genre de moment, surtout qu'en plus ils peuvent voir ce qui se passe dehors ce qui accentue ces hormone le fait de le faire devant un public qui ne peut rien voir de ce qui se passe, comment va réagir la jeune femme ? aucune idée il reste plus qu'a le savoir.

Haya est elle observait sans nul doute ce qui pouvait se passer derrière la vitre ah tiens il parlent a Akuma enfin parler c'est vite dit il du se prendre un coup de crosse pour ne pas avoir répondu correctement au personne qui détienne pour le moment les lieux, au loin on pouvait entendre les alarmes de polices signe que ces derniers vont enfin se bouger le cul et venir prendre d'assaut la piscine du moins c'est ce qu'on pouvait se dire mais la réalité est tout autre quand il y a une prise d'otages ces derniers peuvent rester des heures durant sans aucun moyen de manger ou pisser...

-Outch il a prit cher, au moins ici si on doit attendre un moment on a tout ce qui nous faut...

Fort heureusement dans un hasard plus que certain nos deux jeunes tourtereaux ? ben quoi ils sont pas encore au préliminaire ok je m'avance un peu... nos deux jeunes gens se trouvaient dans un coin ou il y avait tout eau courante, bouffe, toilettes aussi et douche (même des capotes bien qu'il n'en utilise pas x) ) pour se savonner ben oui on peut puer dans ce genre de situation mais la ce ne sera pas le cas, mais je vois les pervers venir oui on peut aussi batifoler sous la douche et ce sera peut être prévue qui sait comment la matinée va peut être tournée en tout cas il est au chômage technique personne n'entrera dans la piscine avec ces mecs et la police dehors il avait donc tout son temps pour dompter la demoiselle et ensuite assouvir ses pulsions demeurer inexistante durant trop longtemps a son gout mesdames Hayabusa le retour du beau gosse a la cheville qui n'enfle pas du tout avis aux lectrices amateur.
Revenir en haut Aller en bas
Eden M. Hamilton
avatar
Nombre de messages : 16
Age : 33
Date d'inscription : 10/01/2018
Criminelle Validée
Mar 16 Jan 2018 - 14:45
Tu regardes la pièce où tu te trouves voyant le mobilier, l'espace, ce local était largement plus grand que ton petit studio, tu soupiras en pensant aux quatre murs que tu avais pris quand tu es arrivée dans la ville. Ton observation se termina, coupée par la voix de l'homme qui se trouvait aussi dans la même pièce que toi, tu le regardas qui s'expliqua pour le baiser ou comment sa langue était venue taquiner ta tienne. C'était la première fois qu'un homme avait posé ses lèvres sur les tiennes, tu te demandas si cela comptait comme pour un vrai baiser et si c'était le cas celui-ci était ton premier. Cette idée te fait détourner tes yeux, se mordant tes lèvres sous cette posée.

- Tu aimes aussi profiter de la situation.

Il continua de répondre à ce que tu venais de lui dire, il avait vu tes cicatrices sur ton bras, tu n'avais pas envie de les montrer aux yeux du monde. Ces marques étaient pour elle une preuve de son inconscience et aussi la vraie raison qui t'avait poussé à quitter ton pays d'origine.

Tu hoches ta tête pour avouer ton acte, tu n'avais pas vraiment pris le temps de voir s'il t'allait bien ou non, il fallait que tu puisses te cacher le temps que les choses se calment, même si pour le moment rien ne semble aller dans ce sens-là, à cause de toi voilà que les hommes qui te poursuivaient étaient maintenant dans la piscine, ne sachant pas comment ils ont fait.

- Toi tu aimes protéger, regarder et mater les filles ou les garçons en maillot de bain c'est pour ça que tu fais ce métier, moi j'aime entrer chez les gens découvrir leur secret, leur vie tout en prenant des objets pour les revendre, c'est fou ce que l'on apprend sur les personnes qui tu voles, on fait ce que l'on est.

Tu le regardas dans les yeux, remarquant que vous aviez la même couleur, c'était assez troublant pour toi, car les personnes aux yeux dorés cela ne courait pas à tous les coins de rue. Tu le vois qu'il commence à bouger pour aller cocoter quelque chose, te demandant ce qu'il faisait dans son coin, le suivant des yeux sans rien dire, tu étais curieuse de le voir faire tellement de choses pour l'aider.

Condamnant la porte avec une étrange technique empêchant les hommes entrer dedans tous comme le contraire si tu voulais sortir, entendant les sirènes des voitures de police, voilà que tu étais maintenant bloqué avec lui et si tu voulais fuir cela allait être problématique.

- Hayabusa ce n'est pas une marque de motos ? Je m'appelle Eden Mackenzie Hamilton, je me doute bien que tu en aies pu en voir ou en toucher dans ta vie, je sais me défendre, même si contre des balles avec une arme, je ne peux rien faire.

Tu l'écoutas espérant que tu n'avais pas des couleurs sur tes joues, sentant la pression du haut et du bas qui commence à te faire mal, au moment que tu allais les retirer, les deux avaient décidé de se défaire, peut-être à cause que tu n'avais pas eu le temps pour mieux les attacher. Sentant les bouts de tissu te quitter découvrant peu à peu tes zones qui tu essayais de cacher, maintenant, c'était sûr, tu étais aussi rouge qu'une tomate. Tu tétais redresser avant de plaças tes jambes contre toi, pour qu'il ne puisse pas voir plus qu'il n'avait peu reluqué te sentant un peu mal à l'aise, aucun homme ne t'avais vu aussi peu vêtu.

Un frisson te parcourt, même s'il fait chaud, tu commençais à avoir un peu froid ton corps commença à trembler d'un peu partout, essayant de se réchauffer comme tu le pouvais en te frottant tes mains contre tes bras. Tu entends Haya parler, d'un de ses collègues ou de ses clients se prendre un coup, tu ne pouvais rien voir de là où tu te trouvais.

- Pourquoi tu fais ça ? Pourquoi tu m'aides ? Je veux dire ils détiennent tes collègues et tes clients, se ne seraient pas mieux de me laisser avec eux au lieu de me protéger. Je serai débrouillée toute seule, j'ai l'habitude.

Tu avais du mal à comprendre ses motivations, tu savais que la vie n'était jamais gratuite, tu savais qu'il pouvait changer d'avis à tout moment, pour l'instant il ne semblait pas être pour la laisser partir.

- C'est moi ou il fait encore plus froid ? Il n'y a pas une autre sortie comme tu peux le voir, je n'ai pas spécialement envie d'aller en taule pour avoir volé un pauvre type qui envoie ces chiens à mes fesses.

Tu commences à sentir de plus en plus le froid te mordre la peau, maudissant cette chute, sentant tes cheveux humides te toucher le dos tu te donnes autant de frissons, autant évité que tu tombes malade. Tout en regardant dans la pièce une autre sortie pour t'échapper si les flics donnaient l'ordre d'intervenir, tu n'avais pas oublié que tu te trouvais au-dessus d'un lit, malheureusement si tu te levais le peu de tissu que tu avais sur toi allaient tomber par terre.

Tu hésitais entre aller au chaud dans les draps ou bien grelotter de froid, continuant à te frotter un peu partout sur le corps ce qui n'arrangeait pas ta tenue qui semblait avoir dans l'idée de te jouer un mauvais tour, à chaque fois que tu bougeais un peu ton bas glissait peu à peu de tes cuisses, pouvant laisser apercevoir une partie de ton intimité, tu avais un peu écarté tes jambes pour être plus à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Hayabusa Hitsu
avatar
Nombre de messages : 15
Age : 27
Date d'inscription : 18/12/2017
Citoyen Validé
Mer 17 Jan 2018 - 7:47
Hayabusa profiter de la situation ? non jamais en-fait maintenant que vous le dite il en a profiter un peu beaucoup ayant glisser sa langue sur la sienne pour voir la réaction de la jeune femme et surtout comme il l'as bien spécifié a celle ci savoir si son cerveau n’avais pas été atteint. Il est vrai qu'a ce moment la il s'attendait plus a un réflexe d'une baffe, mais le fait qu'elle n'ai rien fait et qu'elle l'ais juste laisser faire était déjà bon signe.

Après l'avoir conduit dans le lieu de repos et de bouffe du personnel qui est aussi grand qu'un appartement merci les subvention Hayabusa pour avoir permis cela, notre jeune homme l'avais mis sur un lit de camp bien douillet, puis vous savez ce qui est advenus des autres qui sont maintenant pris en otages par des gens armés et fou furieux qui recherche la jeune femme ici présente.

Notre beau jeune homme avait concocter un petit piège, en-fait même deux, un pour éviter les hommes d'entré dans le lieu n'ayant qu'une seule sortie donc fait comme des rats en cage, c'était de chauffer la poignée de la porte, ensuite le second avec un savant mélange de divers produits chimique et de poudre il avait fabriquer un explosif sommaire mais qui fonctionnerais auquel cas on ouvre cette foutu porte. Visiblement ils ne rigoles pas du coup Haya non plus si ils la veulent autant qu'il se prépare a subir des pertes et que ça leurs pète a la gueule. Pendant tout ce temps notre jeune homme écouta la jeune femme lui parler, elle avait sans doute raison mais pour juste un ou deux détails elle avait tout faut, en quoi regarder un moule bite de mec était intéressant ? non pas pour lui il préfère de loin la poitrine volumineuse et les courbes des femmes en maillot ou même nue. A cela elle lui dit pour son métier si on peut appeler cela un métier...

-Les femmes sont toutes ma vie donc oui j'aime mater des filles en maillot et je me suis pas gêner pour toi tu est belle comme un coeur, par contre les mecs permets moi de te stopper je ne suis pas de ce bord, pour ton métier je trouve que tu pourrais mettre ces talents d'entré chez les gens pour une vrai cause justement... mais cela ne me regarde pas.

Il s'était ensuite présenter après avoir finit de condamner la porte qui ne s'ouvrirait plus de sitôt, il la regarda ah tiens elle avait aussi la même couleur de yeux que lui ba ce devait pas être si peu courant alors merci mon putain d'ophtalmo de m'avoir mentit... Il pestait intérieurement pour ce dernier enfin bon Hitoshi avait aussi les même yeux que lui du coup il se sentait encore moins seul. La jeune femme répondu alors a sa présentation en lui indiquant alors que Hayabusa était une marque de motos, il la coupe tout de suite... après qu'elle ai fini sa phrase tout de même de présentation.

-Ce n'est pas une marque c'est un modèle de la marque Suzuki est le bolide le plus rapide au monde dans le style deux roue, remercie mon père de m'avoir appeler comme cela. C'est sur que contre des armes a feu on peut pas faire grand chose au moins ils viendront pas ici sans s'en brûler les doigts au mieux et au pire retrouver quelques bout par ci par la...

Hayabusa la regarda un peu plus en détails maintenant qu'ils étaient livrée a eux même et seul, il fit quand même la remarque de son collègue qui s'en prends une bonne la ou il faut certes il va avoir un arrêt de travail mais bon c'est pas comme cela qu'il aura des infos de la part d'Akuma. Le bout de tissus semblait s'en aller petit a petit et il n'en perdait rien comme miettes la reluquant mais voila qu'elle replace ses jambes de façon a ce qu'il ne puisse pas voir ce qu'il voulait d'elle a part de magnifique jambes et ses bras donc celui couvert de cicatrice bien qu'il ne soit pas si horrible que cela. Voila qu'elle viens te parler de la laisser avec les intrus et de la livrer en somme, Haya se pointa vers elle et s'approcha a quelques millimètre de son visage et de ses lèvres pour lui dire ces mots.

- Que tu soit une voleuse passe encore, que tu me demande de te livrer cela je ne le ferais jamais car même si ce sont mes collègues et mes clients, tu est une cliente aussi il en va aussi de ma réputation j'aurais au moins pu sauver quelqu'un si jamais la police donne l'assaut et qu'il y ai des morts... Et puis je ne peut me résoudre a te livrer dans cette tenue et puis je te trouve sympathique et même a croquer...

Elle reparle ensuite demandant au jeune homme si il n'y avait pas une autre sortie et malheureusement il n'y en a pas, il réfléchit un peu a ce qu'elle venait de lui dire ne pas vouloir aller en taule, hum il sourit et a deux option a lui proposer.

-Je pourrais dire a la police que tu est ma compagne si cela te va ils ne devraient pas t'interpeller, sinon y a aussi l'option de te cacher dans la ventilation mais tu risque d'avoir encore plus froid que maintenant...

La première option est plus que jouable remarque, il était toujours aussi proche d'elle et ne pu s’empêcher de venir l'embrasser sur le coin de ses lèvres attendant la réaction de la jeune femme. Il se recula ensuite et pu voir qu'elle avait un peu écarter ses jambes et ne perdit rien de cette fente qui s'ouvre a lui, il s'en léchait presque les lèvres, il s'approcha de la jeune femme et posa la main sur l'une de ses cuisses la frictionnant pour la réchauffer un peu et monter la température de cette douce fente qu'i lavait aperçu et qu'il pouvait encore voir la ou il se trouvait, notre maître nageur parcourait sa cuisse et sa jambe allant presque jusqu’à cette zone interdite d’accès en théorie, mais qui semblait s'écarter a vu d'oeil et sans nul doute s'ouvrir au monde, mais plus a un beau maître nageur en manque de certaines de ces choses de la vie qu'il compte vite retrouver avec cette charmante jeune femme qui lui offre des visions de rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Eden M. Hamilton
avatar
Nombre de messages : 16
Age : 33
Date d'inscription : 10/01/2018
Criminelle Validée
Mer 17 Jan 2018 - 17:22
Tu l'écoutas parler, répondant à ce que tu venais de dire, essayant d'éviter de rire en entendant le remerciement d'Haya pour son père, tu te demandas s'il était aussi rapide à venir pendant qu'il s'amusait avec une fille ou non, mais tu gardas ton idée pour toi, ce n'était pas quelque chose que l'on demandait à un homme, tu avais compris, il aimait passer son temps avec les femmes, tu savais que les hommes pouvaient être des pervers et celui qui était avec toi n'était pas une exception.

- Et quel genre de métier ? J'ai toujours vécu ainsi surtout pour te nourrir.

Tu n'allais pas lui raconter ta vie, surtout à un homme que tu venais à peine de rencontrer, avait-il raison ? Peut-être, tu lui dirais ? Sûrement, pas, tu avais ta fierté. Le voyant se démener pour te garder avec lui, tout en t'expliquant que c'était son honneur qui était en jeu, tu te doutais bien, qu'il y avait autre chose.

- Si tu te comportes comme ça avec une étrangère alors qu'est-ce que cela pourrait donner si tu es en couple, je parle de me défendre de cette façon.

Tu rougissais un peu plus quand il te complimenta, il était le seul à t'avoir parlé de cette façon, toi qui connaissais que les paroles des hommes qui cherchaient à vider leur couille sans être poli, les hommes des rues qui te traquaient souvent pour chercher à te violer, mais lui, ses paroles, elles étaient douces, sachant bien qu'il te draguait ouvertement. Il n'avait pas peur que tu l'envoies boulet, dans la logique des choses, tu l'aurais fait depuis un moment tout en montrant les griffes et les crocs. Te montrant toujours méfiante, sans jamais accorder la moindre chance à quelqu'un de t'approcher aussi prêt avant de prendre la poudre d'escampette, mais, il te défendait comme si tu étais la chose la plus importante à ses yeux, c'était bizarre comme sentiment, être importante pour quelqu'un, depuis quand tu l'avais été pour quelqu'un ?

Tu te sentais peu à peu en confiance avec lui et cela te dérangeait, car tu n'avais pas envie qu'il puisse avoir une emprise sur toi, tu avais l'habitude de compter que sur ta personne et là tu étais en train te reposer sur Haya, c'était une nouvelle expérience que tu ne pensais pas faire. La dernière fois que tu avais donné ta confiance, on t'avait trahi, manipulé et on, c'était servi de toi pour les intérêts d'une diverse personne.

Tu le vois s'approcher de temps, rougissant de plus en plus à cause du peu d'espace entre vous, il aurait presque pu t'embrasser, tu l'écoutes tout en regardant ses lèvres bouger, puis remontèrent tes yeux un peu plus haut, avant de répliquer à ton tour.

- Tu me trouves sympathique ? Tu n'essayes pas de me flatter pour mieux me draguer ?

Tu te mets à sourire, un vrai cette fois-là, pas celui que tu pouvais afficher de temps en temps, tu le trouvais amusant de voir comment il pouvait se dépatouiller pour essayer de te plaire, sauf si tu te trompais, il est marrant ce mec, une pensée qui te vient à l'esprit. Tu écoutes toujours ce qu'il pouvait se passer dehors tout en continuant à te réchauffer, il te proposa un arrangement pour éviter que tu ailles en taule, le regardant dans les yeux, tu te demandas s'il était sérieux ou qu'il se moquait de toi.

- Tu es sérieux ? S'ils se rendent compte que tu leur as menti, tu vas avoir des ennuis… Qu'elles sont tes véritables attentions ? Tu prends des risques juste pour une une personne que tu tout juste connaître. Je sais que rien n'est gratuit dans ce bas monde et ne vient pas me dire que là, c'est pour ton honneur.

Tu attendais qu'il te réponde à tes paroles, tu ne l'avais pas agressée cela te surprend presque que tu ne lui avais pas mis une baffe pour le baiser qu'il t'avait fait pendant que tu te réveillais après avoir failli te noyer, mais il avait une nouvelle fois raison, aller dans la ventilation allait être pénible pour toi, certes, tu pouvais y passer en voyant que celle-ci était au plafond, tu aurais pu demander à Haya de t'aider en te portant sur ses épaules, mais pour ce qui était du reste, tu ne savais pas si le tuyau était grand ou petit si c'était pour te retrouver encore plus bloquer, ce n'était pas une option envisageable.

Tu n'aimais pas être enfermé sans pouvoir sortir à ta convenance cela te rappelle de mauvais souvenirs, comme pendant que tu étais dans les foyers après la mort de ta mère que l'on te privait de sortir quand tu faisais une bêtise, cette sensation d'être prisonnière, tu ne pouvais pas aller en taule, sinon tu en mourais.

Tu soupiras doucement laissant tes mains continuer à te réchauffer peu à peu, sursautant quand tu sens les mains du jeune homme te toucher, sentant monter en toi une chaleur que tu n'avais jamais connue jusqu'à là, te demandant ce qu'il t'arrivait, avais-tu une pique de fièvre ? Es-tu tombé malade ?

Tu le regardas d'un air surpris ainsi qu'interrogateur après l'avoir vu t'embrasser au coin de tes lèvres, tu ne t'attendais pas à ce qu'il est ce geste envers toi, il était doux, une douceur que tu ne connaissais pas et que tu ignorais qu'un homme pouvait être ainsi, tu ne savais pas si tu devais lui en mettre une ou bien faire comme si tu n'avais rien senti, une chose était sûr, c'est qu'il ne ressemblait pas aux autres, cela te perturbait.

- Tu n'es pas comme les autres, je veux dire que tu ne ressembles pas aux hommes que j'ai l'habitude de côtoyer.

Laissant sortir tes paroles à voix haute, te rendant compte ce que tu venais de dire, avant de cacher ton visage entre tes bras. Tu sentais cette main qui n'était pas la tienne te toucher la jambe, puis la cuisse avant de remonter plus haut encore. Cette main qui était si chaude sur ta peau froide était un délice pour toi, tu te mets à soupirer d'aise et de plaisir, sentant cette chaleur t'envahir un peu plus, une fois que la surprise était passée.

- Tu as de la chance d'avoir si chaud… J'en serais presque jalouse.

Tu détournes les yeux te sentant bête d'être la seule dans cette situation, encore plus quand tu le vois qu'il semble laisser un malin plaisir à laisser parcourir sa main sur toi. Tu continues de le suivre avec tes yeux arrêtant un peu de te frictionner quelques minutes te demandant jusqu'où cette main pourrait aller, il avait remonté sa main encore plus haut, sentant un frisson en le voyant faire, voire cette main qui pouvait se trouver aussi proche de ton intimité.

Sentant peu à peu ton pied qui glissait sur la couverture qui se trouvait sous tes fesses, tu essayas de le remonter, mais peine perdue à force de rester dans cette position, tu commençais à voir mal, faisant glisser doucement le tissu, comme s'il voulait narguer l'homme qui semblait apercevoir celui-ci, dévoilant peu à peu ce qu'il cachait, le tissu jouait avec lui.

- Cela te dérange si j'allonge ma jambe ? Je voudrais éviter de crier de douleur si une crampe se pointe, on pourrait m'entendre de là-bas.

Tu lui montras la direction donc tu parlais, là où il y avait ces hommes qui continuaient à te chercher mettant la piscine sens dessus dessous, on pourrait croire qu'il y avait un rad marré qui était venu dans le lieu qui était logiquement calme à cette heure.
Revenir en haut Aller en bas
Hayabusa Hitsu
avatar
Nombre de messages : 15
Age : 27
Date d'inscription : 18/12/2017
Citoyen Validé
Jeu 18 Jan 2018 - 6:55
Haya écouta alors cette jeune femme répondre a ce que tu lui disait au niveau de ses talents de voleuse qui pourrait sans nul doute être utiliser dans un autre métier et qui pourrait faire le bien, aider les gens a protéger leurs maison, son talent pourrait lui être utile aussi pour savoir si son système de sécurité chez lui est assez performant car il n'avais jamais rencontré de tel voleurs dans toute son existence dans cette ville... Il finit par lui répondre a son tour.

-Je dirais que tu pourrais aider a sécuriser des maison de particulier, bosser dans les système de sécurité pour trouver les failles ils embauches souvent d'anciens voleurs qui veulent se reconvertir suite a quelques choses, j'en ai entendu parler voila tout et je pense que cela pourrait être dans tes cordes et c'est plutôt bien payer donc pour te nourrir je pense que c'est plus lucratif que d'essayer de voler n'importe qui.

La jeune femme continua alors a l'observer et ensuite lui parler de la façon donc Haya la défendais contre ses types et qui tentait de la tuer sans nul doute que c'était pour cela qu'ils étaient venu armés sinon il l'aurais sans nul doute retrouver sans avoir déclencher l’Armageddon. Notre jeune homme l'entendit aussi lui parler de qu'est ce que cela pourrait être si il était en couple avec la personne a protéger, alors la ma belle tu verra le mode Rambo sortir de son petit maillot de bain rouge et mitrailler partout, du moins si i lavait eu une mitraillette...

-Pour cela me belle Eden il faudrait que je le soit et je n'ai pas encore eu cette chance...

Enfin il l'avais eu y a un petit moment mais elle était partie on ne sait ou, il soupira un peu et la regarda rougir a son compliment, mais cela était normal de la part d'un homme de dire la vérité a celle ci non ? il la trouve vraiment très jolie et ne s'en cache pas pour le lui dire et la mater avec douceur et non avec perversion, certes il n'avais pas fait l'amour depuis un bail, mais il n'était pas encore avec le filet de bave qui lui coule sur les lèvres attendant son dîner avec impatience. Leurs visage si proche donnait presque l'impression qu'il allait l'embrasser a pleine bouche et se trouver avec elle dans une position si charmante, notre Haya national écouta la jeune femme lui dire si il la draguait ou tentait de la flatter, il fit un sourire puis le fameux baiser au coin des lèvres avant de répondre a cela.

-Et bien je dirais que te draguer serait la bonne réponse, mais j'aime aussi flatter ta grande beauté du coup je dirais que les deux collent parfaitement a ce que je suis en train de faire avec toi.

Puis notre jeune homme lui avait proposer un deal de sortir avec lui, enfin non pas comme cela il lui avait proposer de dire a la police qui infiltrerais les lieux qu'elle était sa petite amie et qu'il ne la toucherai pas ou ne la mettrais pas en cage après tout si ils arrête du monde et que les dit terroriste disent le contraire qui croira la police, des terroriste ou bien un civil lambda pété de tunes ? Hayabusa se mit a rire un peu quand elle lui parlait qu'il aurais des ennuis si jamais il faisait cela et qu'il la retrouve, il posa la main sur la joue de la jeune femme et la caressa avec douceur tandis qu'il s'approcha un peu plus près d'elle pour lui répondre, mais avant cela il dépose un baiser sur ses lèvres fougueusement et ensuite il ouvrit les lèvres pour lui parler.

-Moi des ennuis je ne pense pas, mes attentions, tu veut dires mes intentions envers toi ? je dirais qu'elle sont purement a but lucratif, riens n'est gratuit c'est vrai mais tu viens gentiment de me payer avec ce fougueux baiser.

Haya en bon gentleman vit qu'elle avait froid et décida de l'aider a se réchauffer et notre jeune homme commença alors son massage et ses friction de mains sur sa peau, il la regarda soupire d'aise presque a voir qu'il faisait de l'effet a notre jeune femme. Il montait puis descendait sa mains sur sa jambe passant presque proche trop proche de son intimité encore un peu recouverte de ce bout de tissus qui n'était plus attaché par contre. La jeune femme parla ensuite lui disant qu'il n'était pas comme les hommes qu'elle rencontrais d'habitude, en même temps si elle était voleuse depuis toute petite c'est normal qu'elle ne tombe que sur la pire espèce de connard que le monde peuple...

-Ah bon ? c'est peut être le fait que je ne sois pas un voleur, meurtrier ou autre criminel et que je ne juge pas le métier que tu fais, bien que comme je te l'ai dit tu peut te reconvertir plutôt facilement...

Elle lui dit ensuite qu'il avait de la chance d'avoir aussi chaud, c'est vrai que lui ne mourrait pas de froid, il était habitué par tout cela et ensuite écouta encore la jeune femme lui parler lui dire qu’elle allongeait sa jambe pour ne pas avoir une crampe, il semblerais qu'elle ai un peu mal dans les muscles. Haya lui fit un petit signe de tête et déplia un peu mieux ce lit de camp, il l'installa ensuite dessus et viens se positionner sur elle après l'avoir allongé, ah et merde le maillot de la jeune femme s'est fait la malle aux deux endroits qui la recouvrait maintenant elle était présentement nue devant lui et lui était pratiquement nu aussi seul un boxer rouge retenait encore ce jeune homme de lui sauter dessus et de la dévorer.

-Laisse moi te réchauffer, le meilleur des chauffage reste encore la chaleur corporelle.

Haya se coucha sur elle collant son torse contre sa poitrine nue et ensuite continua a frictionner les jambes et les endroits qu'il pouvait de la jeune femme tout en faisant remonter un peu la chaleur de celle ci il ne s'attendait pas a la voir nue mais c'est un bon point il pouvait voir qu'elle était encore plus jolie comme cela et une voir plusieurs idée pour passer le temps lui monte en tête. Haya finit donc par venir laisse sa bouche aller dans le cou de la jeune femme, il est vrai que faire monter l'excitation d'une personne contribue aussi a faire monter la température corporelle de celle ci et donc c'est ce qui se produit en ce moment alors qu'il parcours le corps de la jeune femme de ses lèvres et de ses mains attendant de voir la réaction que celle ci aurait face a ce genre de réchauffement climatique.

Haya la regardait pendant que ses mains vagabonde sur la jeune femme effleurant sa poitrine, titillant presque ses tétons durcit par le froid ou l'excitation, allez savoir cela, il glissa ensuite ses mains sur le ventre de la jeune voleuse et le caressa, puis il remonta sur cette jolie poitrine qu'il enveloppa d'une de ses mains quand a la seconde, il caressa le bras couvert de cicatrice de la jeune femme lui montrant que ce bras ne le dérange pas du tout au contraire, chacun garde des cicatrices certaines son visible comme celle ci d'autre enfoui plus profondément dans la personne.

Non voyant que ces caresses faisait de l'effet a notre jeune femme qui semblait se laisser aller peut être s'abandonnait elle a notre maître nageur qui le saurais, il finit par s'approcher un peu plus de son intimité et ne plus la frôler, il la toucha du bout de ses doigts pour déjà d'un voir si sa température corporelle était en hausse, de deux voir si un filet de mouille était présent. Le beau jeune homme remonta alors sa main une fois la réponse a ces deux question répondu et viens lui caresser la joue et l'embrasser de ses lèvres laissant sa langue aller chercher celle qui se terre dans la bouche de la jeune femme alors que quelques coups de feu retentissent dans la bâtisse, ah les flics étaient posté a l'extérieur maintenant et se faisait canardé. Il soupira on peut pas être tranquille dans ce genre de moment si tendre ?

Il reprit ensuite ses attentions envers la jeune femme laissant ses mains aller lui caresser et jouer avec sa poitrine pendant que son regard doré se plongea dans celui doré de sa partenaire, il ne la regardait pas comme un homme peut regarder une femme, mais plus avec des yeux étincelant, il voulait vraiment qu'elle soit a lui et qu'elle s'abandonne corps et âme a ce beau jeune homme, il alla l'embrasser une nouvelle fois tandis que ses mains la surchauffe maintenant car cette chaleur allait consumer notre belle jeune femme qui devrait néanmoins réagir a cela et peut être elle aussi montrer ses envies ?
Revenir en haut Aller en bas
Eden M. Hamilton
avatar
Nombre de messages : 16
Age : 33
Date d'inscription : 10/01/2018
Criminelle Validée
Jeu 18 Jan 2018 - 10:09
Tu l'écoutas te répondre, c'est vrai que tu n'avais pas pensé à cette situation-là, sûrement trop l'habitude de devoir faire ce que tu fais pour survivre, mais serais-tu prête à laisser quelqu'un te commander ? Non cela n'était pas une bonne idée, tu étais comme un chat sauvage n'aimant pas que l'on te dît ce que tu dois ou ne pas faire, tu étais touchée par les paroles du jeune homme, il semblait vouloir que tu t'en sortes, c'était bizarre de ressentir un sentiment comme le tien, mais aussi rassurant de voir qu'il y avait encore des personnes qui pouvaient être bonnes.

- Je verrais au moment voulu.

Avant de trouver autre chose à faire, il fallait déjà que tu sortes d'ici sans te prendre une balle, après tu aviserais, mais pour l'instant, tu restas avec Haya dans cette pièce condamnée, tu avais pu lire dans ses yeux qu'il semblait avoir de la tristesse en parlant qu'il n'était pas en couple, tu te demandas s'il avait eu quelqu'un et si cette personne était partie, laissant un vide dans son cœur.

- Je vois, je ne peux pas dire que je comprends, je n'ai jamais ressenti le besoin de partager ma vie avec une autre personne, je suis trop méfiante.

C'était la pure vérité, tu n'avais pas eu envie ou même l'attention d'avoir quelqu'un dans ta vie, aucun homme n'avait réussi à te voler ton cœur, ce cœur qui était bien caché dans ta poitrine, avec une armure en acier que tu avais forgé durant toutes ces années pour te protéger, cela avait fonctionné peu de gens restaient à tes côtés, tu préférais resté seule au lieu de souffrir une nouvelle fois, tu avais beaucoup de mal à accorder ta confiance dans une autre personne, tu savais qu'il était si facile de trahir cette confiance.

Tu te mets à rire en l'entendant t'avouer qu'il te draguait ouvertement, mais le rire fut interrompu quand il vient te voler un baiser, cette fois-là, c'était un vrai, pas comme celui qu'il t'avait fait pour t'insuffler la vie, non là, c'était autre chose, tu le regardas te dire que tu avais déjà payé pour son aide qu'avec ce baiser, sentant en toi monter cette chaleur que tu avais sentie quand les mains d'Haya t'avaient touchée, tu commençais à avoir chaud aux joues te demandant ce qu'il t'arrivait, gêné par cette situation, tu détournes tes yeux.

- Hum.

Tu n'osas pas le regarder, comment tu pouvais lui dire qu'il venait de te prendre ton premier baiser tu avais honte s'il venait à le découvrir, dans la logique des choses, tu lui aurais mis une baffe, mais, bizarrement tu ne le fais pas, tu ne te reconnais plus, ce n'était pas toi la personne qui était en face du jeune homme, non, tu n'étais pas vraiment toi, c'était comme si quelqu'un t'avait mise dans une boîte et qui réagissait à ta place.

Tu regardas le mur qui se trouvait non loin de toi, voyant des photos afficher de personnes qui sourient, tu voulais faire taire cette sensation de plaisir après avoir senti les lèvres de cet homme sur les tiennes, tu n'avais jamais pensées qu'un jour quelqu'un aurait pu t'embrasser sans en payer le prix, tu le regardas après avoir entendu ces paroles soupirant, car il avait décrit les hommes que tu avais l'habitude de côtoyer.

- Je n'aime pas ça, mais tu as raison dans ce que tu dis. Cela me change tout simplement de voir que tous les hommes ne sont pas pareils, si un jour, je dois être en couple, j'aimerais qu'il te ressemble, je parle de ta douceur, je ne te connais pas assez pour ce qui est de ton caractère.

Tu lui avouas avec sincérité que sa douceur te plaisait, tu étais franche avec lui depuis le début de cette histoire ce n'est pas pour mentir, tu ne voulais pas qu'il découvre qu'en réalité aucun homme avant lui t'avait touché, d'un côté, tu étais fière d'être encore vierge à ton âge, mais d'un autre sens, tu ne savais pas comment réagir face à tout ceci, tu étais perdue, devais-tu le rejeter ? Ou le laisser continuer ? Tu décidas pour le moment de laisser cette main te réchauffer, tu pouvais toujours lui faire comprendre qu'il ne devait pas aller trop loin.

Après lui avoir demandé si tu pouvais déplier ta jambe pour éviter d'avoir une crampe, tu le regardas s'en aller, avec regret sentant la chaleur de sa main partie, tu as été surprise par ton sentiment une nouvelle fois, te contrôlant, car tu aurais pu laisser échapper un grognement de colère, ce ne fut pas le cas heureusement pour toi. Tu vois qu'il déplie le lit, tien, il pouvait se déplier ? Tu ne le savais pas. Remarquant que le jeune homme monte à son tour dessus venant vers toi t'obligeant à t'allonger sur le lit pour arriver au-dessus de toi, sentant que les morceaux de tissu étaient partis à cause de cette action, allant cacher ta poitrine avant qu'il ne puisse pas la voir tout en l'écoutant.

- Comment ça la chaleur corporelle ? T… Tu veux dire quoi par là ?

Sachant bien qu'il fut trop tard, sentant son regard sur toi, virant une nouvelle fois au rouge cramoisi, il avait le don de te faire rougir, tu n'avais pas pris autant de couleur depuis des années, sentant le corps du jeune homme sur le tien, tu sursautas devant cette chaleur qui t'amine d'un coup poussant un hoquet de surprise. Il avait chaud et tu le sentais, une chaleur qui monta la tienne en même temps, sentant ta poitrine se comprimer contre le torse de cet homme que tu venais à peine connaître.

- Attends… J… Je n'ai pas l'habitude d'avoir un homme ainsi sur moi.

Il ne semblait pas avoir fini de te faire une nouvelle fois sursauter, quand il déposa ses lèvres dans ton cou, donnant par la même occasion des frissons qui te parcourent dans tout ton corps, laissant échapper une nouvelle fois un soupire qui indiquait que tu appréciais se contacte, poussant un petit gémissement de bien-être, tu sentais qu'un désir monta en toi et que tu avais bien du mal à le contrôler, cela te permet d'avoir un peu plus chaud, c'était donc cela la chaleur corporelle ? Tu ignorais vraiment ce que cela voulait dire.

Tu pensais qu'il allait s'arrêter à là, mais ce ne fut pas le cas sentant ses mains te toucher un peu partout, surtout sur ta poitrine qui réagissait un peu plus, trahissant ce que tu ressentais de la pire des façons, toi qui pensais que tu étais douée pour que les gens n'arrivent pas à lire en toi comme un lire ouverte, ce fut ton corps qui te trahissait.

Il semblait aimer te toucher, te caresser, te faire frissonner, le voyant toucher à ton bras que tu cachais avec tendresse, tu sens monter en toi un flot de sentiment, tu ne pensais pas que l'on pourrait t'accepter comme il le faisait pour le moment, sans le vouloir, il te communiquait que tu ne devrais pas avoir honte de tes cicatrices, voyant cela, tu rougis comme une enfant devant le plus beau des cadeaux.

Tu te mets à gémir, te sentant encore plus bizarre et humide entre tes cuisses qui s'écartèrent comme pour lui donner accès au fruit défendu, tu t'en rends compte au même moment, il vient te toucher à cet endroit, peau contre peau les sensations que tu ressentais sont multipliés, te mordant la lèvre pour te taire, voulant qu'il continue à te toucher, certes maintenant tu avais assez chaud, mais cette chaleur te consume comme un brasero.

Les choses ne s'arrangeaient pas plus les caresses d'Haya continuaient et plus tu voulais qu'il éteigne le feu qui était en toi, tu réponds à son baiser timidement, laissant ta langue venir caresser celle qui venait te la chercher, un baiser doux qui te transporta dans un autre endroit oubliant presque ce qu'il pouvait se passer de l'autre côté de la porte où il était, malheureusement les coups de feu te font revenir sur terre, sachant qu'il y avait les flics qui revenaient à la charge.

- Haya… Il y a les flics qui sont entrés dans la piscine.

Comme pour te faire oublier les bruits et ta peur, il recommence à te caresser, relançant l'envie qui c'était un peu éteint, tu sens ton corps se coller un peu plus à lui, tu plongeas tes yeux dans les siennes, voyant une lueur que tu n'avais jamais vue dans les yeux d'un homme, avant d'aller à ton tour mettre tes mains autour du cou de celui qui te gardait jalousement contre lui, l'invitant à continuer ces caresses, remontant en flèche cette chaleur qui était en toi, prolongeant un peu plus ce baiser te laissant peu à peu perdre pied, tu t'autorises pour cette fois-là à lâcher prise et te perdre dans les bras d'un homme, baissant la garde.

Laissant tes mains aller dans le dos, lui touchant la peau, tu arrêtas ce baiser, te rendant compte de ce qu'il pourrait se passer par la suite, sachant que tu lui avais donné l'autorisation de te prendre, en pensant à cela tu te mets à trembler, tu ne savais pas comment les choses pouvaient se passer, tu devais lui dire avant qu'il ne le découvre.

- Je suis vierge, je ne parle pas que de… Enfin, tu vois, mais tu m'as volé aussi mon premier baiser. Ce n'est pas tout je suis encore mineur, j'ai 18 ans.

Tu te mords la lèvre, après tout ce qui se passait entre vous au moment où tu lui avoues tout, les choses avaient tellement avancé, que tu ne pouvais plus te taire, tu savais que certains hommes pouvaient être rebutés de savoir qu'une femme n'avait aucune expérience et d'autres ou cela ne les dérangeait pas, tu te demandas comment Haya allait réagir en sachant qu'il était ton premier sur le plan sexuel et savoir que tu étais bien plus jeune que l'on pouvait le croire.

Tu le regarda dans les yeux comme pour essayer de lire en lui, après avoir fait face à ces révélations tu gardais jalousement en toi, s'il voulait que tu t'offres à lui, il allait devoir te guider et surtout avoir de la patience.
Revenir en haut Aller en bas
Hayabusa Hitsu
avatar
Nombre de messages : 15
Age : 27
Date d'inscription : 18/12/2017
Citoyen Validé
Jeu 18 Jan 2018 - 19:53
Haya était avec une douce et charmante personne dans un lieu fermé, condamné par ce dernier a cause des gens armés qui avait alors pris possession du centre aquatique et plus précisément de la piscine. Ce genre de lieu est propice a délier les langues puisqu'elle lui avait dit qu'ils étaient la pour elle et Haya en vit a cela un signe pour elle qu'elle devait sans nul doute changer de métier et lui conseilla alors de revoir cela. Eden répondit quelle verrait le moment venu mais n’était-ce pas la bon moment pour justement, elle va y laisser sa peau si jamais elle continue de faire ce genre de travail peu lucratif pensa t-il.

-Oui ou alors tu te fera sans nul doute tuer avant et ce serait bien dommage que ce soit le cas..

Oh que oui il ne pourrait plus voir cette divine créature de rêve en maillot de bain ou nue ou encore dans d'autres affaires, en robe de mariée qui sait, bon d'accord ils en étaient encore très loin mais un jour peut être seul l'avenir nous le diras. Cette charmante créature parla ensuite de couple et autre, Haya lui dit en réponse certaines choses qui font remonter un peu de tristesse dans son regard, surtout en pensant a Yuna sa belle Yuna qui n'était plus et elle s'était envolé avec un autre ailleurs... Il l'écouta alors lui dire qu'elle n'avais pas partager sa vie avec quelqu'un le fait de trop de méfiance envers les hommes, notre beau maitre nageur répliqua alors

-Je vois, j'était un peu comme cela avant, mais après j'ai connu quelques personne et je me suis ouvert, j'ai certes souffert parfois même un peu trop, mais je trouve que cela vaut le coup, tu devrais essayer de partager ta vie de faire un peu confiance..

Notre jeune homme viens alors lui voler un baiser et la serra contre lui pendant ce dernier faisant timidement jouer alors avec son amie, il l'avait fait après avoir dit a notre charmante Eden que le bel homme devant elle la draguait ouvertement et ne s'en cachait pas le moins du monde après tout la vie est trop courte pour se poser des questions d'étique, surtout quand on entends des coups de feu etc a l'extérieur mais éloigné ce qui veut dire que les voitures n'ont pas encore atteint la piscine a proprement parler.

Haya avait aussi répondu a la jeune femme sur le fait qu'il était différent et ce dernier ne se cachait pas en disant qu'elle n'avait du rencontrer que des mauvaise personne et pas de ceux en qui ont peut faire confiance, c'est aussi sans nul doute cela qui l'avait autant éloigné de la gente masculine, il écouta celle ci lui dire quelques mots qui le font sourire si un jour elle devait finir en couple elle serait avec un homme comme lui, il la caressa sur sa joue et l'embrassa au coin des lèvres et lui répondit alors quelques chose qui venait du coeur.

-Si jamais on sort d'ici je te demanderais de sortir avec moi et que l'on forme un couple, tu pourra alors connaitre ce que tu n'as jamais connu auparavant et si je ne te conviens pas et bien tu n'aura qu'a me le dire et je partirais de ta vie...

Certes la demande est assez bizarre mais dans le feu de l'action on peut dire plein de chose et celle ci en est une. Enfin arriva le moment ou elle grelotta de froid et comme un bon petit gars Haya passa a l'action et viens la caresser a divers endroit et lui parler de chaleur corporelle pour qu'elle se réchauffe, il la sentit un peu moins réceptive en lui demandant quel genre de chaleur corporelle, il ne lui avait pas répondu et l'avait coucher sur le lit une fois déplier et ensuite était venu sur elle pour se coller a son corps et laisser sa propre chaleur a lui insuffler dans le corps de la délicieuse Eden. La jeune femme lui dit alors qu'elle n'avait pas l'habitude d'avoir un homme sur elle il sourit tout en ayant commencer a la caresser a ses endroits qui font monter la chaleur d'une femme et ensuite ce dernier lui murmura a l'oreille.

-Je peut te faire venir au dessus si tu préfère mais tu risque d'avoir froid au dos...

Notre jeune homme la toucha a tout les endroits possible de son corps allant même jusqu’à caresser son bras recouvert de cicatrice qui ne l’embête pas plus que cela, certains pourrait trouver du dégoût de voir un bras aussi peu en forme mais pas Haya il n'est pas physionomiste et préfère la tendresse et le physique du coeur et non du corps. Ses mains allèrent jusqu'entre ses cuisses et la caressa sentant ces dernières s'ouvrir comme inviter en ce lieu humide puisqu’il le découvre a ce moment la laissant son doigts glisser sur sa jolie fente et sentir cette dernière bien humide s'entrouvrir alors qu'il le touche a peine était un vrai délice. Sa main remonta ensuite tendrement prendre la main et enlacer les doigts de la jeune femme sur sa main couverte de cicatrice lui montrant bien que cela ne le dérangerais jamais de la voir sans bandage bien au contraire.

Haya bougea alors un instant pour se mettre de l'autre côté du corps de la jeune femme et donc ensuite chauffer cette autre moitié de corps et laissa sa main entrelacé a celle d'Eden, la seconde main libre viens alors lui caresser le ventre puis redescendit vers le fuit défendu humide et le toucha, le caressa allant même jusqu'a toucher le joli petit bout de chair qui pointait le bout de son nez. La jeune femme et notre cher jeune homme réentende des coups de feu plus proche, ah les policiers avaient alors donner l'assaut ? Haya laissa cette charmante jeune femme passer les bras autour de son cou et alla l'embrasser a nouveau parcourant ses lèvres et cherchant sa langue pour l'embrasser avec passion et tendresse.

Ses doigts la touchent toujours autant prolongeant ce merveilleux baiser pleinement partager par eux deux alors qu'elle finit par lui dire la vérité sur elle, notre jeune femme est plus jeune que ce qu'elle pouvait faire physiquement et en plus elle n'as aucune expérience en la matière. En plus de cela notre jeune homme lui avait déjà volé son premier baiser, il lui fit un sourire glissant sa main pour qu'elle écarte un peu plus ses jolies cuisses humide déjà, Haya ne répondit pas de suite a cela parcourant ses lèvres dans le cou de la jeune femme les remontant vers son oreille qu'il commence a mordiller tendrement laissant un petit cri s'échapper de ces magnifique lèvres. Il finit enfin par dire un mots sur ce qu'elle venait de lui avouer

-Je ne t'en veut pas Eden, tu est une femme superbe, même a 18 ans tu a le corps et les envies d'une femme c'est normal... Je t'ai volé ce baiser et j'ai apprécier ce dernier avec toi, tes lèvres sont douce et un homme devrait être heureux de pouvoir t'embrasser de la sorte et j'en suis très heureux.. Pour ce qui est de ta virginité, sache que je te la prendrais pas sauf si tu désire que je le fasse avec toi, si tes est ton souhait je pourrais t'apprendre, te guider dans les geste que tu dois faire, je serais ton professeur si tes est ton désir.

Voila tout était dit il ne restait plus qu'a la jeune femme de décider de son sort. Pendant qu'elle réfléchissait a se donner a Haya ou non notre jeune homme continuait ses caresse sur le corps chaud de la jeune femme qui semblait avoir retrouver une chaleur persistante en elle, il passa un coup d'oeil sur la vitre teinte voyant que les mec tirait par delà les fenêtres ce qui veut dire une chose, personne n'est entré dans le bâtiments les policiers sont bloqué sur le parking en face, il allaient sans doute mettre un petit moment avant d'échafauder un plan pour entré ce qui laissait quelques heures a notre jeune couple pour profiter pleinement d'un moment tant désirer, si elle le souhaitait bien entendu et si elle apprécie cela, hum il y a diverses pièces plus amusantes les unes que les autres dans ce petit appartement ou ils sont bloqué depuis que Haya a piéger la seule porte d'accès pour les protéger, heureusement que les bruits des moteur pour le réchauffement de l'eau pouvait faire taire les cris les plus fort d'une femme cela leurs permettrais sans nul doute de jouer sans se retenir, mais cela se fera que si la jeune femme est disposer a aller plus loin que de simples caresses sur son corps de déesse.
Revenir en haut Aller en bas
Eden M. Hamilton
avatar
Nombre de messages : 16
Age : 33
Date d'inscription : 10/01/2018
Criminelle Validée
Ven 19 Jan 2018 - 10:04
Ses mains te rendaient de plus en plus chaude, comme si ton corps avait été hypnotisé par cet homme qui semblait savoir où il devait aller pour te permettre de remonter ta température corporelle, sentant la chaleur te prendre dans ses bras, maintenant tu avais assez chaud tu ne grelottais plus de froid, mais ton être tremblait à chaque fois qu'une de ses mains te touchait, c'était quelque chose que tu n'avais jamais imaginé, te voilà dans une pièce avec lui tout en te faisant oublier les dangers qui n'étaient pas très loin de toi. Tu avais du mal à rester concentrer sur ce qu'il te répondait, c'était dur d'être toi-même dans l'état ou tu te trouvais, laissant tes soupirs et petits gémissements se faire entendre.

Il y en a eu un plus fort quand il vient te caresser entre tes cuisses, surtout quand il toucha ton point le plus sensible de ton corps, te mordant les lèvres sous le désir qu'il continue, tu le regardas entrelacer vos doigts, tu serras par la même occasion ses doigts qui pour le moment semblaient vouloir rester ensemble, tu le vois qui s'était déplacé sur le côté lui faisant une petite place pour éviter qu'il tombe sur le sol.

Tu frémis un peu plus à chaque caresse qu'il te donne comme si c'était l'ouverture du paradis, toi qui venais des bas-fonds des États-Unis, te voilà presque après dompter par un homme, enfin du moins c'est le cas pour le moment, tu essayas tout de même de répliquer face à ses paroles.

- Je… Je n'en sais rien, honnêtement, pour le moment mes pensées sont autres parts.

Si tu devais changer de métier ? Une question à laquelle tu n'avais pas pensé et pour l'heure, tu n'avais pas spécialement envie d'y penser, tout ce que tu voulais, c'est qu'il reste là à te toucher, tu avais fait une petite moue quand il te proposa d'être sur lui, sachant que tu n'aurais plus sa chaleur ou son corps sur toi te dérangeait, aller savoir pourquoi, le petit chat sauvage que tu étais, ne voulait pas pour le moment quitter les bras de cet homme.

Tu devais maintenant le réaliser, tu étais entièrement ouverte à lui, ton corps n'attendait qu'une chose, c'est qu'il aille plus loin dans ses caresses, tu avais du mal à le cacher, car toi aussi, tu le désirais, tu ne pensais pas que l'on pouvait désirer une personne de cette façon, tu avais donc eu la politesse de lui dire ton âge et aussi que tu n'avais aucune expérience dans cette matière. Tu n'étais encore qu'une enfant dans ce domaine, n'ayant pas eu assez confiance dans un homme pour te donner à lui, du moins jusqu'à maintenant que tu avais rencontré Haya, cela était différent.

Tu avais du mal à savoir ou même à comprendre, pourquoi cet homme était différent des autres, il y avait les caresses et ses paroles douces qui t'avaient séduit, sa douceur en elle-même, mais tu te demandas s'il n'y avait pas autre chose ? Comme un coup de cœur pour lui ? Il t'avait parlé d'une proposition, d'essayer d'être en couple avec toi, tu n'avais rien répondu, déjà que tu faisais un effort surhumain pour éviter de perdre pied.

Tu ne savais pas si tu étais prête à tenter l'aventure, ne voulant pas pour le moment pas t'exprimer sur ce sujet, te laissant le temps de réfléchir, enfin si tu y arrives, car même si tu entends les coups de feu, Haya arrivait à te les faire oublier assez rapidement. Tu continuais à le regarder, tout en te mordant les lèvres sensuellement, tu fermas tes yeux en sentant ses dents te mordre gentiment ton oreille.

Cette fois-là, tu l'écoutas avec attention, il te répondait à la suite de tes paroles que tu avais prononcées il y a quelques minutes, te rassurant, car il n'ira pas plus loin si tel était ton désir, mais que si tu voulais avancer dans l'autre sens, tu pouvais compter sur lui pour te guider dans tes gestes pendant ce moment avec lui. Tu rougissais serrant un peu plus tes doigts sur ceux du jeune homme, ton corps s'enflamma de désir en pensant à la suite des événements que tu ne voulais pas interrompt, écartant un peu plus tes cuisses pour qu'il soit plus à l'aise, tu prends une décision que personne d'autre pouvaient faire à ta place.

- Je voudrais aller… Plus loin avec toi.

Tu le détaillas d'une autre façon maintenant, dans tes yeux une lueur de désir qui semblait avoir disparu pendant des années remonta à la surface, une faim féroce montra le bout de son nez tout en indiquant que celle-ci ne serait pas comblée tant que cet homme ne venait pas s'occuper d'elle.

- Montre-moi comme l'on peut faire… Enfin, tu vois ? Je veux dire faire plaisir à son partenaire.

Tu voulais lui rendre l'appareille, voulant le voir dans tous ses états comme tu l'es là en ce moment même, oubliant que si les hommes qui te poursuivent arrivent à trouver cette salle, tu pourrais avoir de graves ennuis enfin s'ils ne meurent pas à cause du piège qu'Haya avait fabriqué. Tu te rends compte qu'en fait-tout ce qui se passait en dehors de la salle où tu étais, n'avait plus grande importance à tes yeux, c'était comme si tu étais dans une bulle avec le maître nageur qui t'avait sauvé la vie il y a quelques minutes ou quelques heures, enfaîte le temps semblait s'être arrêté depuis quelques minutes, depuis qu'il parcourait ton corps de ses mains habiles.

Bizarrement tu n'avais pas peur d'aller plus loin, tu connaissais d'autres filles de ton âge qui s'était confiées en te parlant de leur première fois toutes avaient dit qu'elles ont eu peur de la douleur, certaines avaient du mal à oublier tellement que les choses n'étaient aussi agréables, mais toi pour le moment tu ne ressentais rien de tout ce que l'on t'avait décrit, tu hésitas avant de lui demander, lui qui avait dû connaître d'autres femmes avant toi.

- Je vais avoir mal ? J'ai entendu les autres filles en parler… Et disons qu'elles m'ont toutes disent que je pourrais souffrir.

Tu le regardas, tu voulais savoir s'il allait te mentir ou non, tu essayais de lire en lui, savoir ce que ses yeux pouvaient bien raconter, comme la tristesse qu'il y avait eu un peu plus tôt, tu avais encore du mal à comprendre l'homme qui ne te voulait aucun mal bien au contraire, tu aurais bien voulu apprendre à le connaître un peu mieux, pas seulement pendant ce moment, mais aussi dans sa vie privée comment était-il ? Avait-il une famille ? Ou était-il tout seul comme elle ? Quel genre de caractère avait-il vraiment ? Tu avais tellement de questions en tête, c'était marrant de voir à quel point une rencontre pouvait changer ta vision que tu avais.

Écoutant tes désirs pendant ce moment-là qui commençait à peine à débuter, tu avais hâte de voir ce que la suite pouvait bien te réserver, une de tes mains vient lui caresser le torse du bout de tes doigts, tes ongles passèrent sur sa peau sans laisser de trace, tu n'avais pas le droit de le marquer comme s'il t'appartenait, tes yeux continuèrent à brûler de désir ainsi que ton être.

- Fais-moi l'amour et découvrir le plaisir que tous hommes désirent donner et recevoir de la part d'une femme.

Tu allas poser tes lèvres sur les siennes une nouvelle fois, lui communiquant ton envie d'être dans ses bras, lui appartenir même pendant quelques heures cela t'importaient peu tant qu'il était là présent et que ses pensées te visent. Allant chercher sa langue, la caressant avec la tienne, tu recommenças cette danse qu'il avait interrompu pour te répondre voulant lui voler cette chaleur qu'il t'avait donnée un peu plus tôt.

Ce baiser dura un peu plus longtemps avant de l'arrêter, tu aurais voulu lui dire qu'il te fasse sienne, mais les mots n'avaient plus leur place pour le moment, maintenant, c'était à ton corps de parler à ta place, tu allais tout de même l'écouter pendant qu'il te guiderait, avant de perdre pied et te laisser submerger par tout ceci une fois pour toutes.
Revenir en haut Aller en bas
Hayabusa Hitsu
avatar
Nombre de messages : 15
Age : 27
Date d'inscription : 18/12/2017
Citoyen Validé
Lun 22 Jan 2018 - 16:22
Haya s'occupait alors de la charmante Eden dans cette pièce condamné avec aucun moyen d'entrée sans déclencher des petits pièges. Changeant de position pour réchauffer tout l'être de cette jeune femme qui était sous le jeune homme et la caressant a tout les endroits humainement possible de faire monter la température corporelle, et il y en a un ou il ne lésine pas sur les moyens. 

Il avait passé ses doigts entre ses cuisses entendant un cri un peu plus fort sortir de ses lèvres, il se lécha aussi les lèvres de l'entendre si bien répondre a ses attentions. Elle tenta de répondre a notre jeune homme lui disant qu'elle était ailleurs certainement au du qu'il procurait du plaisir et de la chaleur a cette dernière qui devait se sentir femme.

Notre beau maître nageur ne répondit rien a cela sur le fait qu'elle devait se concentré pour ne pas craquer et sans doute jouir sous les doigts qui la parcourent. D'ailleurs parlons en ses jolis doigts bien profilé pour le plaisir féminin parcourant le sexe de notre charmante Eden qui s'offrit un peu plus a lui écartant ses dernières dans des spasme de plaisir et il jouait de cela, réchauffant le corps de braise de sa compagne. Haya s'amusait a laisser son doigts caresser et titiller son clitoris par moment et l'emprisonner dans un flots de caresse pour la faire gémir toujours plus. Il laissait aussi sa bouche parcourir le haut du corps de sa compagne mordillant par moment les tétons de la jeune femme et lui vole quelques baiser par ci par la.

Il avait aussi proposer a cette dernière de sortir avec lui et de former un couple si ils s'en sortent sans trop être amoché, elle n'avais pas répondu a cela et notre jeune homme ne pouvait lui en vouloir certes cela allait peut être un peu vite depuis qu'il avait perdu Yuna par sa faute, il était partit et elle n'avais pas pu l'attendre autant de temps et il le savait. Plus tard il avait appris qu'elle avait refait sa vie et donc il était revenu a Nigata, pas que pour cela non plus mais cette ville lui avait manqué.

Bon passons cela, le moment est un peu mal choisit en effet pour continuer sur l'expérience passé. Haya jouait toujours sur elle et ensuite, la jeune femme lui révéla son inexpérience et notre jeune homme était donc prêt a tout arrêter si celle ci le voulais, si elle voulait aussi qu'il soit son professeur de sexualité il pouvait aussi lui apprendre si elle souhaitait aller dans l'autre sens. La réponse ne se fit pas trop tarder en sentant qu'elle était de plus en plus humide entre ses cuisses, il finit par écouter la réponse, elle souhaitais continuer, il l'embrassa dans le cou laissant une petite marque qui disparaîtra assez vite. Elle lui demanda alors comment faire plaisir a son partenaire, Haya arrêta donc, enfin ralentit ses caresses et ensuite viens lui parler

-Alors c'est simple, je vais te parler un peu de mon expérience en la matière, donc pour faire plaisir a une femme il y a plusieurs facteur et endroit stratégique pour ce faire, d'abord il y a les seins que tu peut caresser, malaxer, embrasser lécher. Il s'exécuta alors sur le champs faisant tout ce qu'il venait de dire. 

- Ensuite sur cette même partie il y a les zones un peu plus sensible, les tétons et c'est pareil pour les hommes, tu peut les mordiller, les suçoter, les lécher et aspirer entre tes lèvres. Ce qu'il fit aussi sur la poitrine et sur les deux seins de notre charmante voleuse. 

- Pour ce qui est d'un peu plus bas il y a le sexe évidement et la partie la plus sensible chez une femme est le clitoris, cela que je caresse depuis un petit moment et qui te rends aussi humide, chez les homme cette partie s'appelle le gland, je vais te monter un peu a quoi elle ressemble. Il se redressa faisant tomber son boxer de bain le laissant nu un sexe bien dresser devant la jeune femme, il prit la main de celle ci la faisant aller dessus et il la fit faire une action celui de faire descendre la peau de son membre et qu'elle découvre le gland de ce dernier. 


-Donc voici le gland la zone sensible chez un homme, tu peut la caresser avec tes main, venir la lécher la prendre en bouche et la mordiller si tu en a envie, mais attention ne le fait pas trop fort c'est très sensible, sur la partie qui retient la peau et le gland se trouve le frein c'est une zone très érotique aussi et tu peut aussi t'amuser avec celle-ci. Pour ce qui est du tout, tu peut le prendre entièrement en bouche et faire des va et viens de celle ci on appelle cela une fellation, tu peut aussi le coincer entre tes seins et on appelle cela une branlette espagnole, me demande pas pourquoi on dit qu'elle est espagnol. Ou tu peut tout simplement le branler entre tes doigts.

Il omet de parler de la dernière zone celle de son anus qui peut aussi faire du bien quand on le veut. La jeune femme ensuite lui demanda si elle allait avoir mal car des amies a elle lui ont dit qu'elle pourrait souffrir de la pénétration. Pourquoi mentir ? Haya lui répondit donc avec la plus grande franchise qu'il pouvait avoir pour elle, en même temps elle pouvait aussi s'amuser avec le sexe de notre jeune homme comme il lui avait expliquer c'est a elle de voir

-Alors je ne vais pas te le cacher mais il se peut que tu ai mal en effet, tout dépend de certains facteurs, premièrement le degré d'humidité du sexe de la jeune femme, donc de toi, mais comme je te fait mouiller depuis tout a l'heure il est bien lubrifié, deuxièmement, il se peut que mon membre soit aussi trop gros ou long et il peut te faire mal au moment de la pénétration, mais cela sera vite oublié une fois que ton sexe se ferra a la taille de ce dernier.

Répondant a tout cela Haya la laissa faire un peu et écouta alors celle ci lui dire qu'elle voulait qu'il lui fasse découvrir tout ce qu'une femme pouvait découvrir d'un homme. Il l'écouta donc et ensuite la regarda, il posa la main de la jeune femme et la fit attraper son membre dressé devant elle et lui dit pour simple mots.

-Il est temps de mettre en pratique ce que je t'ai appris oralement, je t'en dirais plus pendant que tu essaye, tu ne peut pas être parfaite des le premier coup, ne t'en fait pas je te guiderais Eden.

Voila elle avait les cartes en main a présent, a elle de mettre en pratique tout ce qu'il lui avait appris certes oralement, mais il pouvait la guider pendant ses actions.
Revenir en haut Aller en bas
Eden M. Hamilton
avatar
Nombre de messages : 16
Age : 33
Date d'inscription : 10/01/2018
Criminelle Validée
Mar 23 Jan 2018 - 10:22
Tes gémissements se faisaient entendre de plus en plus à force de sentir les flots de caresses qu'Haya te donnait, ayant de plus en plus de mal à te contrôler, tout en regardant ce que le jeune homme te donnait comme plaisir. Des frissons te parcoururent dans le dos, un frisson d'excitation, mais plus fort quand les lèvres chaudes d'Haya te touchèrent le cou, sachant que maintenant ton corps avait pris une bonne température et que la chaleur qui t'avait envahi te submergea un peu plus, tu ne savais pas pourquoi, mais s'il continuait dans ce sens, tu sentais quelque chose allait arriver, te sentant de plus en plus humide entre tes cuisses. Tu avais un peu honte de te sentir ainsi te demandant si c'était normal ou non rappelant que tu étais inexpérimentée dans la matinée que tu pratiquais.

Tu pouvais le reconnaître Haya savait comment te rendre ainsi, ce n'était pas compliqué quand l'on sait où aller et comment s'y prendre, sentant qu'il jouait avec doigté te faire craquer, cherchant peut-être à te rendre encore plus humide que tu les déjà. Tu lui avoues que tu voulais plus cela te surprend en même temps que lui s'en doute, mais il ne te le montra pas, tu te doutes bien qu'il n'eût pas imaginé se trouver dans ce genre de situation quand il s'était levé ce matin-là et toi non plus.

Le voyant qui prenait possession de ton corps maintenant qu'il avait le feu vert à moins que ce soit toi qui divagues, ne pouvant plus retenir tes gémissements ainsi que son corps qui réagissait sentant approcher la jouissance arrivée, il ne fallut pas trop longtemps avant que celui-ci ne capitule. Poussant des cris au moment où tu étais venue, ta première jouissance, toute rouge, tu te demandas ce qu'il t'arrivait, tu en avais certes parlé à tes connaissances, mais de là à le vivre, c'étaient deux choses différentes.

Gêné, tu détournes les yeux, mais très vite, tu recommenças à gémir en sentant qu'il te toucha toujours au même endroit, une torture qui était plaisante, si l'on pouvait te torturer de la même façon, tu ne dirais pas non, cette idée te fait sourire avant d'écouter les paroles, de l'homme qui était maintenant ton prof pour cette partie de jeux que tu n'avais pas prévue, tu l'écoutas voulant en apprendre un peu plus, sans l'arrêter, te laissant totalement faire. Tu le regardas qui s'amuse avec ta poitrine et tétons qui étaient bien durs sous l'excitation qu'il te donnait, cette partie de ton corps qui t'avait trahi la première, mais, tu ne le regrettes pas.

- C'est pour cela que je suis aussi humide et que tes caresses ont fait que je suis venue.

Tu répliquas quand il te parla de ton clitoris qui était bien heureux d'avoir quelqu'un qui s'occupait enfin de lui, s'il avait pu parler celui-ci aurait dit « Ah bah, il était temps » le voyant qui se retire, tu le regardas retirer la seule chose qu'il avait encore sur le corps, découvrant par la même occasion le membre de celui-ci, c'était la première fois que tu voyais un membre excité d'un homme, tu avais plus vu les trucs tout mus et flasque quand les mecs vont pisser dans les rues.

Là, c'était différent, découvrant la bête qui allaite te prendre ta virginité, tu te demandas comment celle-ci allait faire pour venir en toi, te posant des questions comme si tu auras assez de place ou non. Sursautant un sentant qu'Haya te prend la main pour venir te faire toucher le membre bien droit, c'était bizarre comme sensation, c'était chaud et dur comme du béton, tu le détaillas des yeux, te laissant faire l'action qui était pour butte de te montrer le gland.

Écoutant les paroles de ton professeur qui t'expliquèrent les différents moyens de faire plaisir à un homme, le regardant dans les yeux tout en hochant la tête pour lui indiquer que tu avais compris, aussi attentive qu'un élève devant un devoir, tu ne perds aucune miette du savoir que l'on te donnait.

- Ok.

Puis ce fut le moment que tu passes en pratique, ce n'était pas la peur qui te fait hésiter, mais que tu pouvais lui faire mal, donc tu commenças à bouger ta main en prenant le membre dans celle-ci, en y allant doucement, tu regardas ton prof dans les yeux pour ça voir s'il aimait ça, allant aussi caresser le gland avec ton pouce, tu avais envie de lui rendre ce qu'il t'avait donné, te doutant bien que celui-ci fût plutôt friand de la fellation, tu préféras attendre un peu avant de la faire.

Remarqua que le membre du jeune homme semblait réagir à tes caresses, cela t'encourage à aller un peu plus loin dans le rythme de tes vas et vient, puis tu l'écoutas te parler franchement de ce que tu lui avais demandé, tu te doutais bien que le membre en question allât peut-être te faire du mal, mais le plaisir qu'il pourrait te donner sera multipliée non ?

- Merci pour ta franchise.

Tu te redressas à ton tour allant à la même hauteur que d'Haya, c'était bien de s'occuper du bas, mais le haut pouvait être jaloux, venant prendre possession des lèvres de celui-ci, tout en laissant ton autre main qui était libre de venir lui caresser la peau. Tu cherchais à le faire frissonner à ton tour, jouant avec tes doigts, allant chercher le frisson qu'il t'avait donné. Tes lèvres restèrent un petit moment sur celle de ton professeur lui donnant ta langue avant d'arrêter, laissant glisser celle-ci dans son cou, déposant des baisers essayant d'être sensuelle comme tu le pouvais. Continuant ton petit manège, descendant doucement t'attardant un peu quand tu arrivas sur son torse, ta main continue son chemin de son côté allant dans son dos, glissant tes doigts dessus pendant que ta bouche et tes dents viennent taquiner ses tétons.

Découvrant une peau douce et chaude, tu aimais la toucher ou même l'embrasser si tu avais été un chat, tu aurais sûrement ronronné, surprise de voir qu'un homme pouvait être ainsi, tu allais de découverte en découverte, laissant ta main qui se baladait dessinant les muscles qu'il avait, trouvant qu'il avait été gâté par mère nature, maintenant, tu comprenais pourquoi les femmes qui étaient dans les vestiaires bavaient sur cet homme, remarquant qu'il était blanc avec son travail cela ne devait pas l'aider à prendre des couleurs.

- Tu as la peau douce.

Laissant aussi ta langue qui jouait cette danse pour aller chercher quelques soupirs qu'il pouvait te donner, enfin, c'est ce que tu espérais, évitant de penser aux autres femmes qui avaient dû lui donner bien du plaisir avec leur expérience, toi qui étais encore toute jeune dans ce domaine. Tu voulais lui montrer que tu avais compris ce qu'il t'avait expliqué, après avoir torturé cette partie, il était temps de s'occuper de ce qu'il se passe plus bas.

Tu étais descendue jusqu'à ce que tu te retrouves avec le membre devant toi, tu reculas un peu pour avoir un peu de place et être plus à l'aise, tout en continuant tes caresses qui avaient accéléré ainsi que ton autre main qui continuait son chemin à la découverte du corps qui était devant toi. Tu décidas qu'il était temps de te jeter à l'eau venant donner de petits coups de langue sur toute la longueur du membre qui était entre ses doigts. Allant t'amuser à faire cela sur le gland, cherchant la zone la plus érotique comme il te l'avait expliqué un peu plutôt, tu essayas de t'appliquer, voulant voir comment il allait réagir face à ce que tu lui fais.

- Et pour l'endroit que l'on appelle bourses, faut-il faire aussi quelques choses ?

Tu continuas ton petit manège avec ta langue et tes doigts, à croire que tu voulais qu'il te supplie que tu le prennes en bouche, sachant bien que là se serait un peu présomptueux de ta part, car comme il l'avais dit tu ne pouvais pas être parfaite, embrassant le gland qui pointait son nez, tu allas le prendre en bouche, tu commenças à faire des vas et vient évitant de le mordre, sinon l'effet serait l'inverse de ce que tu voulais lui donner, tu allas un peu plus loin, mais tu t'arrêtas sentant que tu ne pouvais pas le prendre complètement pour le moment, cela t'étouffait un peu, tu retiras le membre de ta bouche pour tousser, sentant rougir de honte ou d'autre chose, mais têtu comme tu l'étais, tu recommenças tout en évitant de faire la même erreur, le regardant dans les yeux cherchant à voir quelque chose, était-il aussi excité que toi ? Aimait-il ce que tu lui donnais ?

- Cela te plaît ? Si tu as envie... Tu peux me toucher Haya.

Tu avais retiré le membre pour parler, ton envie de savoir était aussi là, pour une femme c'était une information importante, cela pouvait te rassurer et te réconforter dans tes actions, tu ne te sentais pas honteuse de lui donner du plaisir reprenant ton activité essayant de décrocher un gémissement.
Revenir en haut Aller en bas
Hayabusa Hitsu
avatar
Nombre de messages : 15
Age : 27
Date d'inscription : 18/12/2017
Citoyen Validé
Jeu 29 Mar 2018 - 19:42
    Haya donnais des explications a cette jeune femme in expérimenter lui donnant des petit tuyaux pour expliquer comment son désir montait en elle lui parcourant le sexe des doigts et surtout son clitoris qui semblait ne demander que cela pour être trifouiller comme il le fait actuellement. Les lèvres de notre jeune homme ne perdait pas l'occasion de venir lui mordiller et titiller les tétons durcit et bien excité de la jeune et joli Eden parcourant son corps de sa langue pour venir jouer de plus en plus.

    Il expliqua calmement comme elle pouvait prendre son pied de cette façon puis ensuite fait de même pour les hommes comment pouvait elle leurs donner du plaisir expliquant chaque geste qu'il pouvait faire avec précision presque méticuleuse, il était un bon prof et elle pouvait s'en apercevoir puisque quelques minutes plus tard elle jouit sous ses caresses subtile, il l'embrassa dans le cou ensuite lui faisant une marque de morsure sans grande gravité et viens ensuite lui lécher le cou puis remonta a son oreille et lui susurra des petits mots salace dans cette jouissance, la première de la jeune femme et non la dernière de la soirée.

    Il lui avait alors donner le cours pratique dans presque son intégralité oubliant quelques trucs pour ne pas trop lui apprendre d'un coup non plus et la laissa voir sa belle bête dresser devant elle, il posa la main d'Eden sur ce dernier et la fait doucement monter et descendre, elle pouvait sentir les veine de son membre ressortir a chaque va et viens montrant l'afflux sanguin qui s'écoule dans ce membre droit devant elle. La jeune femme commença avec douceur une simple petite caresse de son pouce sur ce gland qui réagit a ce dernier et qui demande plus bien entendu mais il laissa faire n'attendant pas a ce qu'elle brûle les étapes non plus il ne faut pas aller trop vite avec cela si on veut que le plaisir soit a son paroxysme.

    Elle posa ensuite une question sur la douleur de la pénétration et notre jeune homme répondit avec franchise qu'elle risquait d'avoir mal dans les premiers mouvement qui allait lui déchirer son hymen, sa virginité en quelques sorte, sa barrière protectrice contre les sexes masculin. La magnifique jeune femme le remercia pour sa tendre franchise et notre jeune homme ne pu faire que s'emparer de ses lèvres pour l'embrasser avec tendresse laissant son membre venir s'engouffre dans sa main pour un mouvement de branle incroyable, il laissa sa langue venir titiller celle de sa compagne du soir et interrompit le baiser ensuite pour lui caresser la joue et laissa sa main venir jouer sur sa poitrine.

    -C'est normal je ne veut pas te mentir une seule seconde Eden.

    La jeune femme décida de passer a l'action et Hayabusa se posta pour qu'elle puisse faire passer ses mains un peu partout sur son corps et la bouche de celle ci s'attaqua a ses tétons, il lâcha un petit soupire avec ses dents et cette langue qui le chatouille presque se laissant aller au plaisir que cela puis procurer et le membre le ressent. Il frémissait a chaque fois qu'une dent ou que la langue viens entourer ses tétons pareil lorsque celle ci les suce et les malaxe entre ses lèvres, la main continua ensuite a découvrir les formes de ses muscles et notre jeune homme était et il est toujours très bien battit et elle pouvait sentir cela du toucher. Elle lâche un petit mots qui le fit sourire

    -Autant que la tienne Eden, fait toi plaisir et met en pratique ce que je t'ai appris.

    Notre belle voleuse arriva donc nez a nez avec sa virilité et elle laissa quelques coup de langue sur son gland et il regarda observant chacune de ses mimique sur ce dernier voyant qu'elle lèche avec plaisir le frein comme il lui avait expliquer un peu plus tôt, il gémissait de plaisir sous cet effet et se mordillait les lèvres de plaisir, elle était pas si doué que cela mais son envie et son énergie faisait le reste. haya lui passa une main sur sa joue et écarta ses jolie cheveux quand une question viens entre les lèvres de notre belle petite jeune femme que faire des bourses ah oui un cours qu'il ne lui avait pas encore donner et bien c'est le moment de lui en parler alors.

    -Ah oui les bourses.. humm.. Ce sont deux belle petite boules qui contienne le sperme et donc jouer avec peut faire monter un peu plus rapidement le jus dans l'urètre du membre, tu peut facilement les masser entre tes doigts sans trop appuyer car c'est assez sensible, pareil tu peut aussi les prendre entre tes lèvres pour jouer un peu avec sans trop les mordiller aussi. Il y a aussi une autre zone assez spécial chez un homme, c'est entre son anus et les bourses a peu près a mi-chemin entre, il suffit d'appuyer un peu et cela procure un douce sensation de plaisir chez un homme tu pourra essaye le temps voulu.

    Haya vit les effort de la jeune femme pour le prendre en bouche puis la vit alors le ressortir et tousser quelques peu, elle avait du mal encore avec cela, il lui dit simplement de ne pas trop se précipiter et d'y aller doucement elle comprendrais facilement et assez vite la limite ou elle pouvait aller pour ne pas se faire vomir non plus car il pouvait donner aussi ce genre de moment, il faut avouer que tout corps étranger dans une gorge peut faire remonter des choses qu'on ne voudrait peut être pas. Elle repartit ensuite a l'attaque et il gémit une nouvelle fois s’arrêtant un peu plus tard pour lui demander si il aimait ce qu'elle faisait et si il voulait la toucher il le pouvait, notre jeune homme s'allongea donc sur le dos et dit ces quelques paroles a notre charmante jeune femme.

    -C’est parfait pour le moment ne t’arrête pas, je vais donc prendre au mots ce que tu viens de me dire, grimpe sur moi et offre moi ta jolie petite croupe que je puisse moi aussi venir goutter a ton jolie antre, je veut te faire jouir de mes lèvres et ma langue réclame ton sexe Eden viens vite.

    Hayabusa attendit quelques seconde avant de voir ce qu'il voulait pointer le bout de son nez devant lui, il se lécha alors les lèvres puis posa les mains sur les cuisses de sa compagne de la soirée venant goutter un peu mieux cette intimité humide qui avait déjà jouit une fois et ce sera sans doute la deuxième puisqu'il commence a s'attaquer a celle ci de sa langue rapeuse directement sur son clitoris encore tout exciter de sa jouissance d'avant, il ferma les yeux sous le plaisir qu'elle aussi lui donnait sur son membre alors que sa langue s'enroule sur ce dernier et qu'elle le suce avec précision comme il lui avait expliquer un peu plus tôt. Elle finit par réussir a un moment donné a lui arracher un gémissement qui se fit entendre.

    A l'extérieur de tout cela se trouvaient toujours les terroriste et les forces de police, mais il semblerais que cela ne les dérange plus dans leurs petit jeu intime sur ce canapé lit qui était transformé en lit justement et notre couple qui se lèche et suce mutuellement dans une position très chaude et une pièce plutôt bien insonorisé pour leurs plus grand plaisir. Haya continuait ses léchouille sur son clitoris puis finit par inséré sa jolie langue en elle laissant celle ci faire des cercles dans sa jolie intimité ayant forcé un peu l'entrée étroite de celle ci il recherchait son point G du bout de sa langue tout en prenant un malin plaisir a se faire sucer, heureusement qu'il était en grand manque et qu'il avait voila les réserve de sperme dans ses bourses bien rempli, car cette nuit va être la plus belle pour notre jeune femme et elle ne sera pas prête d'oublier cela.

    -Eden, hum ça te dirait qu'on aille sous la douche, toi et moi continuer ce moment magique avec l'eau qui ruissèle sur nos corps et qui nous réchauffe encore plus?

    Il posa la question a sa compagne, si elle le voulait ils iraient sur le carrelage de la salle de bain continuer leurs doux 69 ou sinon ils pourraient tout aussi bien continuer ici et se finir mutuellement avant de partir dans la salle de bain pour passer au plat de résistance et donc a la perte de la virginité de celle ci sous un fin filet d'eau chaude le sang ne se verrait même pas, quel idée de génie, toujours est il qu'il devait attendre sa réponse car elle est au dessus le dominant dans cette fellation qu'elle s'offre et qu'elle lui offre par la même occasion, il gémit après cette question sentant son membre frémir de plus en plus, merde pas déjà non pas la jouissance, mais la seconde sera sans nul doute bien plus longue a venir.

    Notre jeuen maitre nageur continuait a jouer un peu plus avec ce sexe, sachant pertinament que la jouissance qu'il aurait serit assez rapide du au fait que notre homme n'as pas fait l'amour depuis un petit moment. Il observa sa partenaire le sucer et jouer un peu plus, il pouvait avoir une idée pour faire durer cela un peu plus longtemps il finit par faire sortir sa langue de cette intimité qui dégoulina entre ses lèvres et sur son visage ainsi que sur les cuisses de sa partenaire elle mouillait énormément, puis il lui proposa quelques chose si l'envie de ne pas changer de lieu l'intéressait.

    -Eden, je pense que je ne vais pas tarder a venir, mais si tu veut ralentir un peu l'action de ma jouissance...hannn... Tu pourrait le prendre entre tes seins et le masturber un peu avec cela ferais redescendre un peu la pression que tu exerce sur le contour de mon sexe, tu dois sentir les veines de ce dernier gonfler un peu cela veut dire qu'il se prépare a tout te donner..mmmhhh...

    Il lui proposa alors cette échappatoire pour faire durer un peu plus le moment des préliminaires car ensuite ce sera une toute autre histoire et notre jeune femme savait sans l'ombre d'un doute que sa virginité serait ôter ce soir la, peut être voulait elle simplement faire durer elle aussi le moment, ou au contraire y aller un peu plus franco sur ce membre prêt a jouir entre les lèvres de celle-ci, toujours est-il que cette jolie plante que le suce est prévenue qu'elle allait sans nul doute gouter a sa semence qui ne tarderais pas a s'engouffrer devant d'aussi joli lèvres, ses bruits de succion a chaque va et viens sont tel qu'il apprécie cela. Ça change des coups de feu après tout et c’est tellement plus sensuelle et sexuelle qu'il se focalise sur ces derniers.
Revenir en haut Aller en bas
Eden M. Hamilton
avatar
Nombre de messages : 16
Age : 33
Date d'inscription : 10/01/2018
Criminelle Validée
Mar 17 Avr 2018 - 9:50
Tu écoutas les paroles de ton amant du soir, tu le regardas tout en le découvrant laissant tes mains le toucher et caresser, il avait la peau douce et tu ne pouvais pas t'empêcher de lui dire, celui-ci t'avait répondu par un compliment qui te fait rougir, la situation en elle-même te fait monter le rouge à tes joues, venant répondre à chacun de ses baisers laissant ta langue s'amuser avec la sienne tout en venant te coller à lui, tu aimais sentir la chaleur de son corps contre le tien, c'était comme si tout ceci était un rêve, mais un rêve éveillé, tu le regardas continuant tes attentions avec tes lèvres, ta langue sur le torse du jeune homme qui apprécie ce que tu lui donnes.

Puis un moment, tu arrives devant le membre bien droit et dur à cause de tes caresses et de l'excitation qui était toujours aussi présente en toi comme en lui, tu commenças à le lécher doucement tout en lui posant une question, c'est vrai que tu n'y connaissais pas en corps humain surtout celui d'un homme et comme tu étais tombée sur un professeur doué dans les explications autant que dans les gestes, tu l'écoutas avec attention, le regardant donc il y avait une zone assez spéciale pour l'homme ? Tu notas dans le coin de ton cerveau ce qu'il venait te dire.

Tu continues de le sucer en y allant doucement, étant ta première fois et voulant savoir où était ta limite, tu la trouvas assez rapidement, retirant le membre avant de le reprendre pour y aller doucement et tendrement, laissant tes envies te guider tout en le regardant, il aimait ce que lui faisait, donc tu continuas avant de l'entendre te proposer une autre position, il te voulait, te goûter et te faire gémir de plaisir, cette façon qu'il a de te regarder ou même te parler te donne de ses frissons de plaisir, tu te relevas un peu à regret pour aller le laisser se place, avant de monter sur lui, donnant ce qu'il demanda avant d'aller t'occuper de son membre qui n'attendait que tes lèvres.

Laissant ta langue s'amuser avant pour le faire réagir avant de le prendre en bouche, un membre qui tait tes gémissements quand tu sens la langue râpeuse de ton amant te toucher sur ton bouton encore tout exciter de la jouissance que tu avais eue un peu plus tôt, tout ton corps tremblait face à ce qu'il te donnait, voulant lui rendre l'appareil à ton tour, enroulant ta belle langue autour du membre pour lui donner plus de sensation pendant que tes mains viennent caresser les bourses bien pleines. De son côté, celui-ci s'amusait à te rendre dingue de plaisir sentant que tu étais de plus en plus humide, tu dus t'arrêter et sortir le membre de ta bouche pour gémir surtout quand il vient te pénétrer avec cette partie de sa bouche.

- H....Haya... Hannn.

Tu te mords les lèvres bougeant doucement tes hanches sous le plaisir à croire qu'il prenait possession de ton corps peu à peu et que c'était lui qui te faisait bouger à sa place, c'était une drôle de sensation, mais tu aimais cela et dire que tu pensais mourir vierge cela n'allait pas être le cas, reprenant tes actions de ton côté, voulant le faire gémir à son tour, tu savais que tu n'étais pas aussi douée que certaines femmes, il en avait dû connaître plusieurs pour être aussi doué, mais pour cette soirée, il était à toi, c'était ton tour de lui montrer que tu pouvais aussi lui rendre l'appareil de ce qu'il te donnait.

Tu l'écoutas te parler, il te proposait d'aller dans la douche, c'était une bonne idée, mais pour le moment, tu ne voulais pas bouger, tu en étais incapable, tu voulais qu'il te fasse jouir de plaisir, tout comme toi, tu voulais qu'il vienne, tu accélères tes mouvements de va et viens avant de répondre à sa proposition.

- Fais-moi jouir... Hann

Puis tu l'entends gémir à son tour, une victoire, tu étais heureuse de lui arracher des gémissements, tu savais que tu lui donnais du plaisir, sentir ce membre grossir entre tes lèvres et vibrer, tu le tenais maintenant et il le savait c'est pour cela qu'il te proposait de faire encore durer le plaisir, bonne idée, tu allais retirer le membre laissant les gémissements sortir de ta bouche sentant que ton côté tu sentais déjà les signes d'une jouissance qui n'allait pas tarder à venir, voulant retarder un peu ce moment, car tu voulais qu'il vienne en même temps que toi, venant mettre son membre entre tes seins pour les faire bouger dessus, venant sucer le gland ou le mordiller, laissant aussi ta langue s'amuser avec celui-ci, tu étais avide de le goûter.

Tu lui laissais un peu de répit, quelques minutes pour qu'il puisse sentir la peau de ta poitrine le toucher cet endroit si sensible, te rappelant ce qu'il avait dit un peu plus tôt, la partie aussi sensible chez un homme, tu eus dans l'idée d'aller la chercher, mais pour cela, tu devais reprendre le membre dans ta bouche, laissant la place à tes lèvres puis à tes mains pour aller chercher la zone qui pourrait augmenter le plaisir chez cet homme qui te donnait tellement d'envie.

Tu augmentas tes mouvements de bouche sur le membre sentant qu'il était temps pour toi de venir, la langue avait trouvé une partie de toi que tu ne connaissais pas, une partie qui te faisait presque crier si tu n'avais pas eu ce membre à place qu'il avait, n'en pouvant plus donc de ton côté, tu essayas de le faire venir entre tes lèvres sentant ton corps te trahir encore une fois, cela se voyait que tu allais venir, devant sortir le membre de ta bouche, poussant des petits cris de plaisir avant de sentir cette vague de chaleur t'envahir, te faisant de cambrer avant de jouir de plaisir, poussant un crie sous cette sensation qui te brisait.

Tu attends quelques minutes avant de reprendre ton souffle toute rouge de honte qu'il te voit ainsi, mais tu ne l'oublias pas non plus reprenant le membre attendant qu'il puisse venir à son tour pour le goûter, tu n'avais jamais eu ce genre de choses avant certes, on t'en avait parlé certaines aimaient cela et d'autres non, tu ne savais pas dans quelle catégorie tu te trouvais, mais une chose est sur, c'est que tu voulais qu'il se rappelle de ta venue dans sa vie, autant que lui avait marqué la tienne au fer rouge, car c'était cet homme qui allait te prendre ta virginité, et cela, personne ne pourra l'empêcher de te faire découvrir un monde que tu ignorais jusqu'à présent.

- J...J'attends que tu viennes à... T... Ton tour pour aller dans la douche après.

Attendant bien sagement, tu cherches toujours cette zone, ne sachant pas si tu l'avais trouvé ou non, tu attendais, tu le désirais au point que tu ne savais même plus si tu étais encore toi-même, il avait réveillé en toi une facette que tu ne soupçonnais pas, tu pensais te connaître, mais cet homme avant fait ressortir une partie que tu ne pensais pas avoir, une personne qui aimait la luxure et qui n'attendait qu'une chose qu'il vienne la prendre pour faire d'elle sienne, tes mouvements devenaient plus pervers, lui faisant comprendre que tu n'attendais qu'une chose une fois qu'il serait venu, c'est d'avoir ce membre en toi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Une rencontre explosive feat Hayabusa Hitsu (H)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» NTO' feat. Lucariello - Nuje Vulimme 'na Speranza (napolitain +traduction en italien)
» Photos en vrac de MSC's
» Raid des parachutistes sur Langson
» You, alive ? Haha. Ϟ feat. Eun Ae
» Un p'tit coup vite fait, bien fait [PV: Jessica StJames feat Yitzhak Anavim]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nigata City :: Centre de remise en forme :: Piscine-
Sauter vers: